mardi 1 juin 2010

DEVELOPPEMENT DURABLE


L'économie de la biodiversité
Quantifier l'immesurable, un nouveau défi mondial

La perte de la biodiversité et des écosystèmes constitue une menace pour le fonctionnement de notre planète, de notre économie et de société humaine. L'impact des pressions accumulées sur les écosystèmes peut ne pas se faire sentir pendant des années jusqu'à ce que le point de non retour soit atteint et les réactions en chaîne entraineront les destructions définitives. Pour prendre un exemple concret, une récente étude internationale révèle que des centaines d'espèces de plantes médicinales, dont les éléments chimiques présents à l'état naturel constituent la base de plus de 50% de tous les médicaments, sont menacés d'extinction. Comme le disait Stavos Dimas, commissaire à l'environnement de la Communauté européenne, "nous sommes pour ainsi dire en train d'effacer le disque dur de la nature sans même connaitre les données qu'il contient".

Les services rendus par les écosystèmes qui sont les bienfaits que nous tirons de notre milieu naturel n'ont jamais fait l'objet de considération économique ou étaient évalués à moindre prix. Ainsi l'eau douce, les denrées alimentaires, la capacité des forêts à absorber le carbone, la régulation des climats, l'air qu'on respire, la couche d'ozone qui nous protège du soleil sont consommés par l'homme et n'ont qu'une part très réduite dans l'évaluation classique du PIB d'un pays. C'est une des causes principales de l'échec des systèmes économiques et financiers qui entrainent les pays en développement en particulier dans un cycle d'entretien de la pauvreté. Environ 60% des services rendus par les écosystèmes de la planète se sont dégradés au cours des 50 dernières années, principalement du fait des activités humaines et des facteurs tels que la croissance démographique, la conversion des cultures vivrières diversifiées en culture intensive, l'expansion économique et le changement climatique. L'économie des écosystèmes et de la biodiversité fait actuellement l'objet d'importantes études qui réunissent des économistes et des scientifiques du monde entier. L'objectif est de quantifier ces services que la nature nous apporte et d'évaluer le coût de la perte de la biodiversité et de la dégradation des écosystèmes. La tâche est extrêmement ambitieuse car il s'agit de rassembler de grandes quantités d'informations en très peu de temps vu l'urgence de la situation. Parallèlement à ce travail d'inventaire et d'évaluation, des solutions pour la réduction des pressions sur la biodiversité sont proposées par les économistes, notamment l'adoption des politiques qui récompensent la préservation de ces biens et qui attribuent une valeur marchande à la fourniture ou à l'utilisation de ces services. Ainsi, par exemple, la conservation forestière qui abrite des puits de carbone, celle de la biodiversité qui assure la pérennité de l'équilibre de l'écosystème et du cycle de la vie naturelle, mais aussi l'utilisation des énergies renouvelables et des procédés de production qui préservent l'environnement, font l'objet d'un système de compensation qui est en train de se mettre en place. Madagascar, dont les forêts ont une forte capacité d'absorption de carbone, commence à intéresser le monde consécutivement à cette nouvelle forme d'économie qui est le marché du carbone. Un projet pilote Makira Atsimon'i Masoala mené par la WCS est un des précurseurs de ce système de compensation, mais dans le reste de l'île, les travaux sont encore à l'état d'étude et sont menés principalement par les ONG internationales.

Andria Fara

1 commentaire:

mdg_mdlc a dit…

Atelier de formation sur la maîtrise des données primaires sur la biodiversité - 31 mai au 04 juin 2010

Dans le cadre de la célébration de l’Année Internationale de la biodiversité (AIB), REBIOMA (Réseau de la Biodiversité de Madagascar) en collaboration avec la Direction de la Conservation de la Biodiversité et du Système des Aires Protégées (MEF/SG/DGF/DCB SAP), Wildlife Conservation Society (WCS), Madagascar Biodiversity Information Facility (MadBIF) et Madagascar Development Learning Center (MDLC), ont organisé une formation très pointue et orientée pratique sur la maîtrise des données primaires sur la biodiversité, supportée par START (global change SysTem for Analysis, Research and Training).

En effet, ces dernières années, l’objectif principal a été de réduire le rythme de perte de la biodiversité – un but dont la réalisation s’est révélée ardue, qu’il s’agisse de mesurer l’état actuel de la biodiversité ou de mettre en oeuvre des mesures et des pratiques propices à la biodiversité; alors une des solutions pragmatique est d’abord de maîtriser les données qui sont déjà en notre possession afin de pouvoir combler les lacunes et d’essayer d’inverser la tendance.

La formation va se dérouler pendant une semaine du lundi 31 mai 2010 au vendredi 04 juin 2010 au Madagascar Development Learning Center à Anosy. C’est une occasion pour nous de célébrer déjà la Journée Mondiale de la Biodiversité.

A la fin de cet atelier de formation, les participants seront capable de créer une base de données de qualité sur les occurrences suivant les standards DarwinCore, de manipuler les données afin de les partager en ligne, mais surtout de valoriser les données pour la conservation par la modélisation des niches écologiques. Ils seront aussi habiles à partager avec leurs collègues les bonnes pratiques acquises « formation des formateurs ».

Contacts:

Mamy Andriamampandry
Director, Madagascar DLC (Development Learning Center)
mdg_mandriamampandry@gdlnmail.org
www.facebook.com/madagascar.dlc
www.gdln.org
tel : +261 20 22 337 89/94 - +261 32 07 405 47

Dimby Razafimpahanana
Coordinateur, REBIOMA
dimby@rebioma.net
Tel : 020 22 597 89 - 033 15 880 40

Andry Rakotomanjaka
Responsable Technique, REBIOMA
andry@rebioma.net
Tel : 020 22 597 89 – 033 11 550 46

http://www.facebook.com/album.php?aid=17084&id=100000434957642&l=2ec347221c

N E W S

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar
Vonintsalama Andriambololona, ministre malgache des Finances et du Budget, et Ralava Beboarimisa, celui des Transports et de la Météorologie, engageront pour l'Etat malgache le processus de désendettement d'Air Madagascar.

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center
Avec l'installation du Mining Business Center, Madagascar poursuit son effort d'industrialisation progressive du secteur minier.

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto
Constance Tsarabanjina à Madagascar fera partie des sept hôtels du groupe Constance Hotels & Resorts qui utiliseront les applications de Duetto.

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques
Sous l'impulsion de Jean-Fidèle Otandault, nouveau ministre du Budget et des Comptes Publics, le Gabon s'attèle à la relance de son économie et à des réformes structurelles.

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique
Inconnus du public, ils sont les acteurs clés dans les relations publiques, le lobbying et les organisations d'événements institutionnels en Afrique.

Les médias étrangers révèlent les grosses fortunes malgaches

Les médias étrangers révèlent les grosses fortunes malgaches
Seuls les magazines Forbes (édition Afrique) et l'Eco Austral (Océan Indien) ont publié des noms et un classement des fortunes professionnelles à Madagascar.

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois