vendredi 29 juillet 2011

TOURISME A MADAGASCAR


Hausse du nombre de touristes à Madagascar de 16% par rapport à 2010



Le Ministre du Tourisme et de l’Artisanat Riana Andriamandavy a sorti les premiers chiffres concernant le nombre de touristes ayant visité Madagascar au premier semestre 2011. Selon les statistiques du ministère, 100.692 touristes ont foulé le sol de la grande île pendant les six premiers mois de cette année. Le ministère du Tourisme malgache est satisfait de ces chiffres car ceux-ci montrent que la confiance sur la destination Madagascar revient petit à petit car la tendance depuis l’année de crise politique de 2009 est à la hausse soutenue. Toutefois, un objectif reste à atteindre pour le ministère et pour tous les opérateurs touristiques et les voyagistes malgaches, celui du nombre de touristes de 2008 qui est de 156.000 et qui n’a jamais pu être atteint depuis. Pour l’année 2009, ils étaient 77.000, et en 2010, 86.000. Les efforts comme les promotions de la destination Madagascar et les retombés de sa participation dans le groupe « Iles Vanilles » ont commencé à payer mais restent insuffisants face au chiffre de 2008. D’autant qu’un autre maillon faible reste en observation, celui des vols intérieurs de la compagnie Air Madagascar « qui peinent à satisfaire le rythme requis pour la haute saison 2011 selon Isabelle Blanco du site AirJournal du 26 juillet 2011. La compagnie nationale malgache a fait tout son possible pour remplacer au plus vite les deux avions interdits de vols en Europe par des avions loués à des sociétés étrangères pour les vols internationaux mais les vols intérieurs qui présentent eux aussi des retards récurrents selon de nombreux passagers d’Air Madagascar et si la compagnie n’arrive pas à surmonter ce problème, c’est tout le secteur du tourisme qui va subir les conséquences de ces déconvenues.

Le défi pour tout le secteur reste pourtant le dépassement du nombre de 255.000 touristes à la fin de la haute saison en octobre 2011. Notons que les recettes du premier semestre 2011 sont de 230 milliards d’ariary. Les français restent les premiers à visiter Madagascar, suivis par les asiatiques (chinois, indiens, japonais et sud-coréens) qui eux préfèrent surtout la partie Nord de l’île et notamment Nosy-Be.

SECURITE ROUTIERE


Efforts communs pour plus de sécurité sur nos routes

La Direction Générale de la Police Nationale lors de son atelier national de la semaine dernière a décidé de mettre en œuvre un nouveau projet de nouvelle fiche de contravention. Cette nouvelle fiche sensée combattre la corruption sera opérationnelle d’ici peu et sera collectée par les policiers de la sécurité routière en motos auprès des ceux de la circulation pour éviter qu’elles restent avec ces derniers et n’arrivent à temps dans les commissariats lors du paiement de l’amende par les contrevenus. Il est connu que c’est une grande source de corruption auprès des policiers de la circulation urbaine. D’autres efforts internes orientés surtout sur la discipline ont été annoncés par cette institution pour regagner la confiance de la population et restituer l’image de la Police Nationale en général.
De son coté, l’Institut National des Infrastructures, ININFRA, a opté pour la formation de 14 examinateurs supplémentaires pour les examens d’obtention du permis de conduire. Ces derniers vont s’ajouter aux 30 examinateurs sur tout le territoire de Madagascar pour 30.000 personnes qui prétendent à l’obtention du permis de conduire chaque année. L’ININFRA a en outre décidé que la candidature libre sera désormais refusée car la principale source de corruption dans ce secteur. Les examens seront dorénavant séparés en deux matières distinctes : la conduite pratique et l’examen théorique du code de la route.
Les associations des transporteurs urbains se sont aussi réunies cette semaine pour remettre de l’ordre chez leurs membres pour que ces derniers adhèrent aux exigences de sécurité émanant des usagers et des autorités comme la Commune Urbaine et la Police de la circulation routière. Les usagers peuvent donc s’attendre à l’application de tous ces projets qui arrivent à point nommé car ces derniers temps, les lacunes partagées entre les coopératives de transports et la Police de la circulation sont pour les usagers et les observateurs la source des désordres et d’accidents pour le transport urbain et suburbain.

lundi 25 juillet 2011

SECTEUR ALIMENTAIRE


Une élève malgache de Gelato University veut investir à Madagascar

Bologne, une ville italienne qui a pondu la célèbre sauce bolognaise utilisée dans le monde entier, mais aussi la Lamborghini, les motos Ducati. Pour dire que nous sommes en face à une région très attachée à l'esthétique, à la haute tradition régionale artistique. Gelato University est une institution située à Anzola, une petite ville de la région, qui perpétue encore cette quête de l'esthétisme mais cette université par comme les autres est beaucoup plus accessible car elle dispense des séances courtes de 800 euros comme des cursus longs pour l'approfondissement des études.

Holy Randrianasolo, une malgache de 44ans a suivi des formations chez Gelato University et a acquiert les subtilités du métier de glacier, mais à la manière italienne comme il en manque cruellement à Madagascar. Le marché malgache est effectivement dominé par les glaces industrielles ou semi-industrielles où le goût, l'authenticité font défaut. Holy Randrianasolo compte s'installer sur ce marché malgache encore très ouvert d'autant que la glace se consomme pendant toute l'année où le soleil est toujours présent malgré le froid de l'hiver austral qui frappe les hauts-plateaux.
Beaucoup d'étrangers étudient dans cette université et rapporte leur savoir faire récent pour leurs pays d'origine. Gelato University s'est mondialisée avec un directeur japonais de 31 ans du nom de Kaori Ito installé en Italie depuis 7 ans qui témoigne que " pour la première fois, les italiens font moins de la moitié des étudiants. Gelato University a même créé spécialement des cours en italien et en français après une explosion des inscriptions.

samedi 23 juillet 2011

ENTREPRISES


31,5km de vols de câbles de la JIRAMA au premier semestre 2011



La société nationale d'électricité et d'eau JIRAMA subit de nouveau une série de vols de câbles électriques. Ces vols ont repris plus précisément en 2010 après un léger recul entre 2008 et 2009. Le chiffre avancé par la JIRAMA en pure perte est de 475,7 millions d'ariary depuis le début de l'année 2011. La quantité qui s'est évaporée est de 31,5km de câbles, ce qui rend le transport d'électricité difficile dans pusieurs zones d'Antananarivo, même le centre ville est touché et la JIRAMA est obligée de procéder au fameux délestage qui porte atteinte directement aux bons fonctionnements des entreprises et des foyers de la capitale. Certains quartiers sont qualifiés "zone rouge" car la JIRAMA a alerté et mobilisé les autorités pour freiner ensemble ce fléau.

mercredi 20 juillet 2011

TELECOMMUNICATIONS


Réformes sur les télécommunication à Madagascar

Avec quatre opérateurs télécoms et 6,5 millions d'utilisateurs, Madagascar a un besoin urgent de changer la législation du secteur car les textes utilisés jusqu'à aujourd'hui datent de 1996 (décret n° 96034). Les nouvelles lois de 2005 ne sont encore applicables ni par l'OMERT ni par les opérateurs car aucun décret d'application n'a été émis depuis. Le plus grave, c'est que ces textes sont tous dépassés par les nouvelles technologies qui n'arrêtent pas d'évoluer. De plus, ces cinq dernières années, Madagascar s'est branché avec les câbles optiques transportant la majeure partie des flux de la région Océan Indien et qui nous relie au reste du monde.
Par ailleurs, une délégation d'expert de Union Internationale des Télécommunication UIT était de passage à Madagascar du 11 au 14 juillet dernier pour une mission officielle. Cette délégation a constaté que les technologies "annoncées et utilisées" par les opérateurs locaux ne suivent plus les normes internationales en vigueur. Il est grand temps que le ministère de tutelle s'attèle aux réformes du secteur des télécommunications car c'est un des leviers pour mettre la grande île à l'orbite du développement.

ECONOMIE - EMPLOI


100.000 d'emplois en zone franche sur 5 ans à Madagascar

(photo : Charles Giblain, président du GEFP Madagascar)

Le ministre malgache de l'Economie Pierrot Rajaonarivelo et le groupement des Entreprises Franches et Partenaires GEFP présidé par Charles Giblain ont signé un protocole de défense des intérêts entreprises locales et étrangères sur le territoire malgache. Ce protocole arrive à point nommé quant à la situation qui prévaut dans le pays où les investisseurs ne sont pas encore en confiance pour réaliser leurs projets à Madagascar. A cause des expériences malheureuses de 2009 qui ont occasionné des dégâts considérables sur les entreprises franches, les deux parties ont projeté de revoir les textes administratifs et juridiques pour mieux protéger ces entreprises et surtout les emplois qu'elles ont créées. Ce protocole prévoit en effet la création de 100.000 emplois supplémentaires dans les entreprises franches si chaque point est respecté par les deux parties. C'est le seul moyen pour engager l'Etat malgache pour qu'il puisse garantir un maximum de sécurité pour les investissements déjà réalisés sur place. Ces nouveaux emplois s'ajouteront aux 110.000 qui opèrent déjà pour les entreprises franches actuellement.

samedi 16 juillet 2011

GEOPOLITIQUE


2011, année du basculement du monde



Souvenons-nous de la thèse du dossier « Collier de perles chinois » selon laquelle la Chine est en train de renforcer ses liens avec les pays bordant l’Océan Indien et surtout ceux qui sont considérés comme faisant partie de « l’axe du mal » avec à leur tête l’Iran. Cet axe vient de se renforcer avec la signature le 16 juillet dernier d’un accord économique entre la Chine et l’Iran d’un montant de 4 milliards de dollar. Cet accord prévoit des échanges et des réalisations de projets d’infrastructure qui touchent les domaines de l’environnement, l’industrie, l’énergie, les mines. Une partie de l’accord d’une valeur de 500 millions de dollar contient la signature de vente par la Chine d’une soixantaine d’incinérateurs à récupérateur d’énergie qui seront répartis dans plusieurs grandes villes d’Iran et sur les bords de la mer Caspienne. Pékin de son coté augmentera l’importation de minerais en provenance de l’Iran. Le vice-président iranien Mohammad Javad Mohammadi-Zadeh a déclaré que la Chine est désormais le premier partenaire économique de l’Iran avec 30 milliards de dollar d’échanges et ce chiffre passera à 40 milliards de dollar pour l’année 2011.

Ces accords sont signés alors que le Moyen Orient vient de vivre une tension extrême avec le lancement par l’Iran de 14 missiles balistiques de courte et moyenne portée, capables d’atteindre sans aucun problème l’Israël, allié historique des Etats-Unis. Cet étalage de force est une sorte de dissuasion pour ces deux derniers de s’en prendre militairement à l’Iran. Les « Gardiens de la révolution » ont affirmé avoir lancé un Ghadr de moyenne portée de 2.000km et 13 autres missiles, Zelzal de 400km, Shahab 1 et 2 de 500km. L’ex-président

Et pour la petite histoire, c’est à Téhéran, capitale de l’Iran, que l’équipe nationale malgache de football, Barea de Madagascar, commence le dimanche 17 juillet prochain sa tournée pour des rencontres amicales avec des « amis » de la région. C’est probablement une manière pour le régime transitoire actuel de réaffirmer ses liens avec des pays considérés par l’Occident, les Etats-Unis en tête, comme des pays qui respectent le moins la démocratie, des pays qui présentent pourtant une croissance économique insolente (autour de 9,5% pour la Chine en 2010) et qui sont devenus des locomotives de l’économie mondiale.

Pakistan, un ancien allié des Etats-Unis, est aussi en train de « brûler ». Le président pakistanais Hamid Karzaï, qui vient d’enterrer son frère, a émis une menace à l’endroit des Etats-Unis sur un projet de retrait des troupes pakistanaise de sa frontière avec l’Afghanistan après l’annonce faite par les Etats-Unis de la suspension de leur aide militaire. Les relations entre les deux pays se sont considérablement dégradées depuis le raid lancé par un commando américain tuant Ben Laden le 2 mai et la violation par le même commando de la frontière entre le Pakistan et l’Afghanistan. Depuis, la spirale de violence ne s’est plus arrêtée, attentats à la bombe et kamikaze comme ceux qui ont tué les 6 soldats français les 13 et 14 juillet derniers. L’ex-président iranien Rafsandjani, qui préside le Conseil de discernement chargé de conseiller le guide suprême, a plaidé pour des négociations avec Washington pour « éviter le pire ».

A coté, les Etats-Unis et l’Europe font pâle figure avec le problème de leurs dettes publiques. La dette publique de la France a dépassé au premier trimestre 2011 les 85% de son PIB, un plafond de sa dette publique jamais atteint auparavant avec un déficit commercial de 70 milliards d’euro. La zone Europe entre dans une période de turbulence que l’euro n’a jamais connu depuis sa création. Les ministres des Finances des pays de la zone n’arrivent pas à trancher sur l’aide à accorder à la Grèce. L’Italie qui est mise à nue avec 25% de la dette de la zone euro est devenue un maillon faible, avec l’Espagne, la Grèce et l’Irlande.

Aux Etats-Unis, le président Obama était obligé d’en venir à émettre un ultimatum 36 heures le 15 juillet 2011 à l’endroit des représentants républicains qui ne veulent pas d’une « niche fiscale » et des démocrates qui ne veulent pas supprimer les aides à la santé. L’Amérique est fatiguée, les signes ne trompent pas. La tourmente a déjà montré son visage lors l’épisode Lehmann Brothers et des « subprimes ». Et l’Amérique commence à racler dans des réserves improbables de pétrole pour l’extraction non conventionnelle : le pétrole de schiste. La Nasa quant à elle vient d’arrêter les vols spatiaux pour des raisons évidentes d’économie. Selon le magazine économique Challenges, le Venezuela possède un stock de 234 ans de réserves, la Russie de 20 ans et la Chine de …10 ans. D’où l’urgence pour cette dernière pour trouver du pétrole pour ses énormes demandes croissantes internes.

La France emboîte le pas aux Etats-Unis en retirant progressivement ses troupes d’Afghanistan. Evidemment, avec les opérations « imprévues » dans le budget comme la Licorne en Cote d’Ivoire et l’opération lancée contre Khadafi actuellement, la Défense française peine à faire financer les « OPEX », les opérations extérieures hors budget et demande ouvertement aux industriels de la Défense de réduire les coûts « qui sombrent dans les raffinements technologiques pas forcément utiles », selon l’Amiral Guillaud, chef d’état major des armées françaises. 13.000 soldats français sont présents dans plusieurs région : en Afghanistan, au Tadjikistan et dans l’Océan Indien(4.000 soldats), en Libye (4.300 soldats). Plus de 3.500 sont postés en Afrique (Cote d’Ivoire, Golfe de Guinée, Afrique Centrale, Somalie contre la piraterie et au Liban). La totalité de cette présence coûte plus d’un million d’euro par jour à la France.

Mais la référence de l’amiral Guillaud est la dernière édition du Shangri-La Dialogue, organisée en juin 2011 par l’Institut International pour les études stratégiques, un forum de la défense de l’Asie-Pacifique. Ce forum souligne qu’en 2010, la Chine y a envoyé le numéro trois de l’armée populaire soulignant les priorités chinoises : l’espace et la marine. Cette année, c’est le ministre de la Défense chinoise lui-même qui a fait le déplacement.

« C’est clair : la Chine n’est plus repliée sur elle-même. Quand une masse de 1,3 milliards d’habitants d’ébroue, il y a forcément des effets de bord », souligne ouvertement l’amiral Guillaud.

vendredi 15 juillet 2011

ENTREPRISES


Colas entre dans Gamma Materials Ltd



Colas (11,7 milliards d'euros de CA en 2010), la filiale du groupe Bouygues présente dans 40 pays dont Madagascar, fait l'acquisition de 50% de Gamma Materials ltd à l'île Maurice. Gamma Materials Ltd est spécialisée dans la production et la vente de matériaux de construction. Elle produit 2 millions de tonnes de granulats et 150.000m3 de béton prêt à l'emploi et possède une carrière de roche massive et 5 sites de concassage. Gamma Materials sort chaque année 12 millions de tonnes de blocs préfabriqués et possède une réserve de matériaux chiffrée à 40 millions de tonnes. Colas renforce ainsi sa présence sur l'île Maurice dans le marché des matériaux et améliorera les productions de matériaux et du processus et des nouvelles techniques de recherche.

mercredi 13 juillet 2011

DEVELOPPEMENT DURABLE


Un projet de GoodPlanet et Agrisud dans la région d'Itasy


(photo : GoodPlanet.org)
504.521 euros sont débloqués par l'AFD pour accompagner un projet lancé conjointement par GoodPlanet et Agrisud. Ces deux organismes tient en effet au lancement de ce projet d'agro-écologie ce mois-ci. Plus d'un millier de familles de la région de l'Itasy vont bénéficier de ce projet sensé "concilier la faible pression sur l'environnement et la gestion durable des ressources naturelles". Sur six villages, 900ha de terres dégradées seront restaurées avec une intégration de 500.000 arbres pour maintenir le couvert forestier. Ce projet sera une forme d'expérimentation pour un système pour contrôler les émissions de gaz à effet de serre dans la région. Mais il permettra aussi à la population de la région de contribuer au développement durable de la région tout en créant des revenus directs tirés sur le projet.

jeudi 7 juillet 2011

TRANSPORT AERIEN - AIR MADAGASCAR


Madagascar rend un des Boeing 767



L'un des deux Boeing 767-300 qui ont été interdits de vol en Europe en avril dernier vient d'être restitué par Air Madagascar. Son propriétaire est Muzun Leasing One Ltd. L'autre Boeing 767 continue à opérer en Chine à Guangzhou et à Bangkok, Thaïland. Cette rupture de contrat de leasing rentre dans le plan d'Air Madagascar pour l'optimisation de sa flotte afin d'augmenter ses bénéfices à chaque fin d'exercice et, selon nos sources, "réduire la dépendance de la compagnie vis-à-vis de Boeing". Les destinations européennes de la compagnie malgache sont toujours opérationnelles avec d'autres avions loués.

lundi 4 juillet 2011

ENTREPRISES

Résultats exceptionnels pour la société CIS présente à Madagascar

"Nous disposons d'une bonne visibilité sur le long terme. Car toutes les opérations d'infrastructures majeures de la planète, qu'elles soient liées au pétrole, au gaz, à la construction d'usines ou au nucléaire, ont besoin d'être accompagnées", résume Régis Arnoux, PDG de la société marseillaise CIS, Catering International et Services, spécialisée dans l'accompagnement de "bases de vie" liées aux grandes activités commerciales et industrielles. Ses chifres d'affaires 2010 ont connu une hausse de 23% à 196 millions d'euros avec un résultat net de 9,4 millions d'euros en hausse de 38%. CIS observe une "montée" de ses contrats avec des pays en croissance : Nouvelle-Calédonie, Guinée Conakry, Madagascar et Mongolie.

Personnel de Catering International et Services Brésil

Seulement une soixantaine de ses effectifs travaillent dans le siège à Marseille, le reste étant éparpillés dans les 36 pays sur 150 sites où CIS accompagne simultanément des chantiers et des grandes opérations industrielles. 94.000 repas sont distribués chaque jour dans tous les sites de CIS. Ses principaux clients sont SNC-Lavalin, Vinci, Bouygues, Colas, ou encore Total, Agip, Maersk, ...

N E W S