dimanche 28 août 2011

Disparition de la Ministre malgache de la population et des affaires sociales


Accident mortel de Nadine Ramaroson



28 août 2011, 14h30 : Après avoir assisté le festival Tsolabe, la vedette ralliant Ste Marie et Soanierana Ivongo a coulé. A l'heure actuelle, il a été communiqué que 10 personnes ont péri dans l'accident. La ministre malgache de la Population fait partie des victimes de ce tragique accident. L'endroit, pas loin de Soanierana Ivongo où la vedette a coulé, est réputé dangereux.

Font parties des disparus des assistants de la ministre, un directeur régional du ministère de la Population, un caporal - garde du corps, des sauveteurs venant de Soanierana Ivongo, et des journalistes. Des habitants des rives de Soanierana Ivongo qui ont assisté à l'accident témoignent avoir entendu une explosion et surtout soupçonnent la présence d'autres corps sous la vedette.

Cette vidéo posté par un internaute rendra hommage aux actions de la "Ministre du Peuple"

vendredi 19 août 2011

TOURISME - MADAGASCAR



Les premiers résultats positifs pour le tourisme à Madagascar




Selon le communiqué du Ministère malgache du Tourisme et de l'Artisanat, le taux de remplissage des hôtels permet aux professionnels du secteur et de l'administration en général d'espérer une année positive pour le tourisme à Madagascar. Le taux de 92% émet effectivement un signe d'éspoir pour le tourisme après une année 2010 très médiocre. Les hôtels de Tamatave, la ville du grand port, affichent tous complets et avec une rotation accélérée. Comme témoignent ces touristes hébergés dans un hôtel récemment bâti dans le centre de Tamatave : "Nous sommes en partance pour le Cap Sainte-Marie en voiture et on va faire du bateau une fois arrivés là-bas. On n'aurait pas pu espérer faire ce voyage sans avoir réservé l'hôtel et la voiture de location à notre départ même de France par un tour opérateur." Toutes les catégories d'hôtel connaissent un surchauffe qui a déjà été annoncé par les professionels. Visiblement, la flotte d'Air Madagascar suit le rythme avec un Boeing d'Air Austral à la rescousse. Du 1er janvier au 31 juillet 2011, 30M de $ (300M d'ariary) ont été perçus par l'ensemble su secteur. Nous attendons les chiffres de la fermeture de la haute saison pour confirmer cette reprise.

lundi 15 août 2011

SITUATION ECONOMIQUE - MADAGASCAR


Face aux fluctuations, intervenir ? Quarante ans de questions.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Il y a quarante ans, le 15 août 1971, Nixon a annoncé avec le FMI la fluctuation libre des monnaies et la fin de la convertibilité du dollar en or. L’autorégulation des marchés a été enclenchée par toutes les places de marché mondiales.

Depuis, de l’eau a coulé sous le pont, comme on dit et beaucoup de valeurs ont été créées comme pas mal aussi ont été brûlées. Le monde a connu des crises par décennie : le pétrole des années 1970 et 1980, les monnaies dans les années 1990 avec les spéculations contre des monnaies de Georges Soros (livre sterling) et d’autres sorciers de la finance, l’éclatement de la bulle Internet des années 2000 et les crises financières des trois dernières années. Et cela ne semble pas vouloir s’arrêter.

Ironie du calendrier, quarante ans jour pour jour en 2011, l’Allemagne et la France annoncent leur programme commun pour s’accorder sur les aides aux pays européens surendettés. Le président Sarkozy qui dirige à sont tour le G20 milite même ouvertement pour l’encadrement monétaire. Il rentrerait peut-être dans l’histoire si le G20 referme la page ouverte par Nixon il y a quarante ans. Ce sera même une occasion pour les gouvernements pour trouver de nouvelles règles pour limiter les conséquences de la fluctuation des marchés sur l’économie.

Au même week-end de l’Assomption à Madagascar, nous assistons aux mêmes débats mais sous un autre contexte qui est propre à nous : la crise malgache, qui est politique avant tout. Pendant ce long week-end de la mi-août, des groupes d’opérateurs et de sociétés malgaches se sont prononcés sur le fait que l’Etat, dans son rôle de régulateur, aurait dû éviter cette « tentation de l’intervention ». Ces opérateurs auraient voulu que la HAT n’intervienne que sur le contrôle des importations et des stocks de sécurité. Ils crient contre l’intervention de l’Etat, surtout qu’ils n’ont pas été consultés avant les décisions vers la fin de la semaine dernière.


Les médias n’ont pourtant pas arrêter ces derniers temps de lancer des alertes car les problèmes sociaux liés aux troubles politiques de 2009 commencent à atteindre une proportion alarmante : insécurité, pauvreté accrue de la population, perte de confiance des ménages et des consommateurs, désertion des investisseurs, … et mauvais résultats sportifs lors des derniers Jeux des îles de Océan indien.

Si on se réfère sur la déclaration du gouvernement, les mesures d’urgence qui font débat sont divisées en deux parties distinctes : une partie sociale et une partie qui relève de la politique économique du gouvernement actuel face à la crise, économique s’entend.

Ces dernières mesures sont destinées aux consommateurs : limitation des prix au niveau actuel pour les PPN, le carburant et tous les intrants qui pourraient influer sur la consommation surtout à la veille de la rentrée et de la période de soudure en fin d’année. Cette limitation s’effectuera à l’aide de subventions concédées aux transactions sur le carburant et le PPN. Ces textes sont accompagnés d’autres décisions concernant l’application de consignes strictes sur la régulation de la sécurité et du transport public en général.

Les parties du désaccord avec les opérateurs se trouvent dans les parties qui stipulent que l’Etat sera en position d’importateur direct pour le pétrole et pour les PPN. Des pays exportateurs comme l’Iran, le Venezuela et l’Irak ont été prononcés dans cette opération d’importation de pétrole. Des opérateurs ne cachent pas leur inquiétude sur le retour du monopole de l’Etat, ou au mieux une réduction significative de leurs parts de marché dans leurs secteurs respectifs. Les années passées sous la Transition montrent toutefois que ces parties n’ont jamais pu trouver une entente sur les prix à la consommation des PPN, du carburant et des produits importés qui inondent le marché et les ménages mais surtout que le gouvernement tend vers l’interventionnisme tant craint par les opérateurs économiques, en important dans des programmes ponctuels du riz, du sucre et de l’huile. C’est même annoncé clairement dans cette dernière mesure que Madagascar va « travailler » directement avec l’Inde, le Vietnam, le Pakistan pour les PPN.

Cette décision tranchante du gouvernement illustre l’ambiance politique délétère qui règne dans le pays et surtout des hésitations des parties, médiateurs comme protagonistes, à trouver une issue à la crise malgache. Peut-être même qu’avec ces mesures, la HAT a montré sa manière à elle de régler à court terme les problèmes économiques de Madagascar, puisque c’était urgent d’après les appels alarmistes des médias et des institutions ces dernières semaines. Encore faut-il que nous nous mettions d’accord sur quel plan et à qui nous allons confier nos problèmes.

Signe des temps qui changent : l’Afrique, malgré ses troubles politiques et ses famines, signe la plus haute croissance mondiale en 2010 de près de 5% en moyenne après les locomotives de l’Asie et du Moyen-Orient. On est en face d’une nouvelle donne économique mondiale actuelle, qui n’est pas brillante du tout sur les contrées occidentales du globe, habituées aux fastes de l’économie non régulée transformée en économie – casino. Alors, intervention ou non ?

mercredi 10 août 2011

TRANSPORT AERIEN


Air Force One devient Air Force Public



L'avion présidentiel Air Force One, le premier que Ravalomanana a décidé d'acheter pour la présidence de Madagascar a définitivement basculé en version commerciale. Le premier vol commercial de ce Boeing 737-300 aux couleurs d'Air Madagascar a été effectué sur le vol Antananarivo - Morondava le 05 août dernier. L'appareil a été reconfiguré avec 127 sièges vendus en 12 classe Affaires et 115 en classe Economique. Le protocole signé entre l'Etat et Air Madagascar engage cette dernière à entretenir l'avion dans le cadre d'un prêt de deux ans. La compagnie pourra louer l'appareil avec une souscription d'assurance et un engagement d'entretien selon deux clauses spécifiques. L'Etat quant à lui pourra utiliser l'avion avec un préavis d'une semaine et un engagement de prendre en charge tous les frais y afférent. Cette mise à disponibilité aide beaucoup Air Madagascar à servir les vols intérieurs mais le plus important pour cette compagnie, c'est d'avoir l'autre appareil qui va remplacer celui d'Air Italy en fin de contrat à la mi-août.
Les 127 nouvelles places récupérées sur l'Air Force One ne sont pas rien par rapport au nombre de places que la compagnie offre sur ses vols actuellement.

mardi 9 août 2011

EMPLOI


Le Ministre Henri Rasamoelina se porte garant des emplois en Jordanie



En présence du directeur exécutif de la société Century Miracle Jordanie, M. Benny Lui , le ministre de la Fonction publique Henri Rasamoelina a réitéré sa confiance en cette destination pour les travailleurs malgaches. Cette société s'apprête à envoyer 29 autres travailleurs malgaches qui vont rejoindre le 19 août prochain les 400 premiers qui sont déjà sur place. La société Century Miracle a apporté devant la presse des précisions quant à ses intentions et ses intérêts avec les travailleurs malgaches. Et le directeur exécutif d'ajouter qu'à terme, les besoins de la société se portent sur un nombre de 3.000 travailleurs à embaucher. Le ministre Henri Rasamoelina n'a pas hésité à encourager toutes les parties à accélérer le processus d'embauches pour endiguer la crise social et économique actuelle et surtout à soutenir les prochaines initiatives de ce genre.
Les employés sont embauchés pour un salaire avoisinant les 400$ mensuel et seront hébergés, nourris et assistés du point de vue social et sanitaire.
Si ce genre d'opération se répète, le nombre de chômeurs sera réduit considérablement car on sait actuellement que le Koweït, l'Arabie Saoudite, le Qatar et même la Syrie qui est en période trouble, ont des fortes demandes de travailleurs pour soutenir leur croissance.

lundi 8 août 2011

COOPERATIONS - ENTREPRISES


Business Call to Action (BCtA) : Movirtu et PNUD pour un projet pilote à Madagascar



Madagascar a été choisi par Movirtu, une entreprise anglaise, pour un projet pilote accompagné par le PNUD sur l'accès de la population aux services du téléphone mobile. « Nous savons que obtenir l’accès aux communications mobiles est une façon d’améliorer les vies et d’étendre les potentiels économiques des milliards de personnes qui vivent avec un à deux dollars par jour. En donnant accès à des comptes et des identifiants mobiles sécurisés, Movirtu aide à combler le fossé entre ceux qui ont facilement accès à des téléphones portables et ceux qui dépendent de téléphones communs ou qui sont obligés de payer des frais de location pour répondre à leurs besoins de communication », a expliqué le gestionnaire de programme par intérim du projet BCtA, Amanda Gardiner. Ce projet basé sur le Movirtu Cloud Phone est géré avec des données et un fonctionnement dans les "clouds", en ligne pour permettre au plus grand nombre d'accéder à un service d'appels classiques, mais aussi de services d'informations, d'appui aux projets, aux services bancaires, aux partages de données en utilisant son numéro personnel. Movirtu compte cibler 50 millions de personnes en Afrique et en Asie avant 2013. Ce système de "partage" selon ses promoteurs consiste à économiser 60$ par an par utilisateur dans les dépenses de communication. 8.000 points de vente sont visibles dans les 22 régions de Madagascar depuis le 01 août 2011. 3 millions de personnes qui vivent dans la pauvreté dont 75% de femmes, seront touchées par ce projet selon le PNUD.

samedi 6 août 2011

ENTREPRISES


Les 20ans de l'ADEMA.

(carte des aéroports gérés par ADEMA)

Andriamihafy Herison, directeur général d'ADEMA (Aéroports de Madagascar) n'a pas caché sa fierté lors de l'inauguration du nouveau siège de l'ADEMA à Ivato vendredi dernier. Le directeur général y est allé sans détour lors de son discours en évoquant la difficulté politique que traverse le pays alors que sa société continue malgré tout à investir. Ce nouveau siège de 2 étages a coûté 2,06 milliards d'ariary et 7 mois de travaux à l'ADEMA et cette dernière a encore d'autres projets dans ses cartons : allongmeent de 500m de la piste de l'aéroport d'Ivato, révision de l'état et renforcement de la piste actuelle, ... ADEMA ne se ménage pas car nous savons tous que dans un avenir proche, la taille des aéroports seront des conditions capitales pour les nouveaux moyens de transports comme les gros porteurs de la taille de l'A380 d'Airbus ou le Boeing 777 pour qu'ils déferlent les milliers de passagers hebdomadaires comme dans les pays du Moyen Orient (Dubaï, Abu Dhabi, ...). Les aéroports de ces pays comptent le nombre des passagers par dizaines millions par an. Si Madagascar ambitionne à attirer plus 250.000 touristes, la révision des performances de nos aéroports sera obligatoire, sans parler des nouvelles normes de sécurité et d'usage. Les plus grands aéroports fonctionnent actuellement en version "multimodale". Cela signifie qu'ils sont fusionnés à des gares de trains à grande vitesse et de bus de relais avec les villes avoisinantes, et éventuellement à des grands ports. L'aéroport de Tamatave figure parmi ceux à qui ce genre de projet sera possible à cause de la proximité du grand port et de la gare de chemin de fer.
Notons que l'ADEMA gère 12 aéroports malgaches sur les 51 répertoriés.

mardi 2 août 2011

ECONOMIE - MADAGASCAR


Qui roule pour qui?


Neil Bush a rendu visite au président de la HAT Andry Rajoelina au palais d’Iavoloha le 01 août 2011. Ce frère de Georges W. Bush, est un fin connaisseur des rouages des finances et des investissements dans le secteur de l’énergie et des mines. Il a travaillé notamment les quinze dernières années avec l’Asie, surtout la Chine avec la compagnie Interlink LLC, Global XS, Nexus Energy (Afrique) et Global XS Asia (Asie et Moyen Orient). Et pour cause, son père a déjà été représentant résidant des Etats-Unis à Pékin en 1976, année où Neil Bush a visité pour la première fois la Chine. Neil Bush a travaillé étroitement avec CIIC comme co-président, CIIC étant une holding chinoise présente dans l’immobilier (Pudong Mall), l’hôtellerie et Internet, en collaboration avec Global XS Asia et Shougang Holdings sur des investissements dans le secteur de l’énergie et des mines en Afrique. Madagascar fait logiquement partie de la cible de ces compagnies au vu des ressources découverts sur la grande île ces dernières années. Puisque la visite de Neil Bush s’est passée à huis clos, les observateurs se posent la question sur son rôle passé et à venir à propos des investissements récents de la Chine à Madagascar (Sirama, Soalala, …). Par ailleurs, le site democracyunderground.com s’est déjà posé la question en 2003 si Neil Bush roule pour la démocratie donc les Etats-Unis ou pour la Chine, donc l’argent ?

N E W S

Seaweed Seychelles : fertilisant agricole à base d'algues marines

Seaweed Seychelles : fertilisant agricole à base d'algues marines
Seaweed Seychelles va débarrasser l'archipel de plusieurs tonnes de dépôts d'algues marines par an sur les plages

Mines d'or de Dabolava : agrément acquis par Prophecy Development Corporation

Mines d'or de Dabolava : agrément acquis par Prophecy Development Corporation
Le projet de Dabolava a attiré la compagnie canadienne Prophecy Development Corp. , dirigée par John Lee, pour ses mines d'or, de charbon et d'uranium

Madagascar : la Jirama fait face à la hausse des vols et des fraudes

Madagascar : la Jirama fait face à la hausse des vols et des fraudes
Vols de câble, branchements illicites, ... La Jirama, compagnie nationale d'électricité et d'eau à Madagascar, fait face à un phénomène qui alourdit son bilan

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center
Avec l'installation du Mining Business Center, Madagascar poursuit son effort d'industrialisation progressive du secteur minier.

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar
Vonintsalama Andriambololona, ministre malgache des Finances et du Budget, et Ralava Beboarimisa, celui des Transports et de la Météorologie, engageront pour l'Etat malgache le processus de désendettement d'Air Madagascar.

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto
Constance Tsarabanjina à Madagascar fera partie des sept hôtels du groupe Constance Hotels & Resorts qui utiliseront les applications de Duetto.

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques
Sous l'impulsion de Jean-Fidèle Otandault, nouveau ministre du Budget et des Comptes Publics, le Gabon s'attèle à la relance de son économie et à des réformes structurelles.

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique
Inconnus du public, ils sont les acteurs clés dans les relations publiques, le lobbying et les organisations d'événements institutionnels en Afrique.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Titres et Archives