mercredi 26 décembre 2012

TIKO compte se refaire au plus vite

Marc Ravalomanana compte rentrer au pays tout d'abord pour remettre sur les rails son groupe TIKO malmené par la crise de 2009



par Tsirisoa Rakotondravoavy

Les installations de TIKO Mills à Tamatave

Le fondateur de TIKO Madagascar et ex-Président de Madagascar Marc Ravalomanana veut rentrer à Madagascar après avoir rejeté toute option de candidature aux élections présidentielles en 2013. D'après lui, il rentrera au pays pour reconstruire tout d'abord le groupe TIKO, pillé et mis à sac par les émeutes de 2009 et après quoi il a été destitué par Andry Rajoelina, Maire d'Antananarivo à cette époque.

Depuis sa création en 1979, TIKO a investi pas moins de 75 millions d'euros à Madagascar dans l'agroalimentaire. L'empire n'a plus arrêté de croître jusqu'à occuper une part importante sur l'économie locale. Les derniers chiffres connus du groupe TIKO avant sa chute donnent la mesure de la taille et de la mainmise de ce dernier dans l'approvisionnement de produits alimentaires sur le marché local à Madagascar : 60% pour le riz, 71% pour la farine, 70% pour l'huile et 40% des produits laitiers. En y ajoutant ses sociétés étrangères, sa compagnie aérienne TIKO Air et d'autres ressources méconnues du public, des sources Sud-africaines parlent même d'un capital de 800 millions de dollars détenus actuellement par Marc Ravalomanana. Ce dernier peine à les placer dans le business local au vu de son passé sulfureux dans la politique à Madagascar.
Notons que ces chiffres ont fait crier au scandale des entrepreneurs locaux et des politiciens comme Herizo Razafimahaleo, aujourd'hui décédé, un des rares à avoir osé critiquer le Président-Entrepreneur avant les évènements de 2008-2009. Le fondateur du parti politique Leader Fanilo s'est notamment exprimé sur le mélange malsain entre le business et la politique sur lequel Marc Ravalomanana n'avait à l'époque donné aucune explication alors que le milieu politico-économique malgache ainsi que les bailleurs de fonds internationaux n'ont cessé de le dénoncer à l'époque. La suite des évènements a donné raison à ces derniers.

Avec son retrait provisoire de la scène politique, Marc Ravalomanana tente maintenant de refaire son image et de regagner le terrain perdu face à ses détracteurs. Un long chemin et difficile à remonter compte tenu de la violence des propos des tenants du pouvoir actuel et de l'éclatement des partis politiques malgaches.

Aucun commentaire:

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

N E W S