lundi 28 janvier 2013

Incursion dans les terres Zafimaniry

Christie's va mettre en vente le 30 janvier 2013, des œuvres d'artistes français et d'authentiques panneaux de portes et de fenêtres Zafimaniry sous le titre Artists Angels dont le bénéfice sera versé à "Des Villages et Des Hommes" à Madagascar, une ONG qui protège les villages Zafimaniry. Incursion dans les terres et l'âme de cette culture ancestrale, le Zafimaniry.


par Tsirisoa Rakotondravoavy

 Hiver dans un village Zafimaniry

Oeuvre commune

La maison de vente parisienne Christie's expose des panneaux authentiques Zafimaniry présentant des portes et des volets sculptés dans du bois précieux endémique de Madagascar. Ces panneaux en bois proviennent directement du village d'Antoetra, un village Zafimaniry situé sur les hauts-plateaux de Madagascar. Le travail du bois des Zafimaniry fait depuis 2003 partie de la culture protégée par l'UNESCO, et depuis 2008, le Zafimaniry est classé patrimoine oral et immatériel de l'humanité.


Volet Zafimaniry avec une œuvre de Ernest Pignon Ernest

72 artistes français, dont Dewar et Gicquel (prix Marcel Duchamp 2012), Speedy Graphito, François Boisrond, Nicolas Rubinstein, Jacques Villeglé, Gérard Fromanger, Ivan Messac, Brigitte Saby ou encore Ernest Pignon-Ernest, ont travaillé et dessiné sur l'envers de ces panneaux. On y trouve du graphisme contemporain et des dessins figuratifs dont le mariage avec le panneau Zafimaniry nous ramène à un questionnement sur l'universalité du travail manuel dans l'histoire de l'Homme. Ce mariage du fait-main Zafimaniry avec notions artistiques occidentales transcende les différences culturelles et des modes opératoires mais surtout met en valeur la richesse des matières utilisées.




Ornementations et racines


Village Zafimaniry

La région Zafimaniry, dans l'Amoron'i Mania, s'étend sur les hauts-plateaux à 60km d'Ambositra, à proximité de la commune rurale d'Ambohimitombo, sur une zone longue de 720km culminant à 1450m d'altitude. Le froid y est rude et sec et c'est ce qui a rendu le peuple Zafimaniry très sédentaire et lié à la terre et à la forêt. L'accès à ces villages se fait par palier de terre en escalier terrassé, séparé par des échelles sculptées toujours dans le bois à la manière Zafimaniry, de sorte que chaque village puisse se protéger des intrusions étrangères et que chaque communauté et famille puissent avoir leurs propriétés facilement identifiables par rapport à d'autres communautés Zafimaniry voisines. Ambohimitombo, Antoetra, Sakaivo, Kidodo, Ambohimanarivo, Ifaliarivo... Voilà des villages Zafimaniry que nous pourrons encore visiter et la totalité de la région compte quelques 25.000 âmes qui sont encore ancrées à la terre et à la culture Zafimaniry.
Les Zafimaniry utilisent une vingtaine d'essence de bois endémiques pour fabriquer des éléments de construction de leurs maisons et des objets qui remplissent des fonctions décoratives. Plusieurs motifs inscrits sur ces ouvrages remontent à la culture arabe ancienne et surtout austronésienne provenant des îles et archipel malayo-indonésiens dont les langues ont des racines communes au malgache. Madagascar partage ces racines proto-malayo-indonésiennes de la langue malgache avec la Malaysie, le Taïwan, les Philippines et l'Indonésie. Les motifs ornant les ouvrages Zafimaniry ont des connotations fortement familiales et communautaires, des valeurs inscrites dans les gènes des Zafimaniry. Le dessin de réseau de ruche d'abeille appelé "papitantely" représente des liens entre des communautés Zafimaniry et un autre motif représentant des toiles d'araignée appelé "tanamparoratra" dessine les liens familiaux. Sur les hauts plateaux Zafimaniry, les cases d'une dimension 5,5m x 4,5m sont regroupées et disposées en système vertical sur un plateau de clairière dégagée, partant d'une place publique sacrée appelée "kombiza", suivant une hiérarchie sociale et des liens familiaux suivant les âges et les rangs dans chaque famille. Sur le plateau du sommet se trouvent les anciens, plus bas les "ray aman-dreny" ou les parents, et les niveaux inférieures, les nouvelles générations. Les plateaux horizontaux comportent les maisons d'une même famille où celle de l'aîné est implantée à l'extrême nord. Les liens y sont très contrôlés entre les familles, les communautés voisines et les étrangers. Ces dispositions sont encore appliquées aujourd'hui dans certaines implantations sur des vieilles propriétés familiales traditionnelles des hauts-plateaux où cette culture est encore observée. En dehors des valeurs communautaires, les Zafimaniry, comme les autres tribus malgaches, observent aussi le culte des ancêtres. Sa particularité se trouve sur les motifs appelés "ringo" ornant surtout les cercueils Zafimaniry et les pierres levées dans les villages à l'honneur des anciens.

Protections des villages


Fenêtre Zafimaniry

Le but de cette vente chez Christie's Paris est d'appuyer la protection de ses villages Zafimaniry où la culture se perd face à l'introduction d'autres cultures de la grande île et surtout de cultures étrangères. "Des Villages et Des Hommes" est une ONG qui a déjà oeuvré dans la protection de cette culture malgache. Le projet de "Des Villages et Des Hommes" est cette fois-ci de reconstruire 30 maisons Zafimaniry authentiques dans la commune d'Antoetra ainsi que d'installer une infrastructure y ramenant de l'eau potable et des sanitaires pour la population. D'autres programmes de suivi médical pour les enfants et l'appui à des enfants détenus dans les prisons ont déjà été mis en place par l'ONG. Le Zafimaniry est lié intimement au bois de forêt et la disparition progressive des forêts primaires de Madagascar risque d'entraîner l'extinction de cette culture. Les Zafimaniry sont maintenant obligés de marcher loin hors de leurs villages pour trouver du bois dur nécessaire à la fabrication des ouvrages de construction et d'objets du quotidien, leur thème de prédilection.



Aucun commentaire:

N E W S