samedi 9 février 2013

Nosy-Be pourrait s'orienter vers l'indépendance énergétique

Nosy-Be, Antalaha et Sainte-Marie comptent parmi les villes les moins bien desservies en matière d'électricité de par leur isolement. En témoignent les derniers cris alarmistes que les habitants et les opérateurs locaux ont émis dernièrement à l'endroit du gouvernement et de la JIRAMA. En réaction, des projets comme celui du SEFA à Nosy-Be tirent doucement l'île vers l'indépendance énergétique pour s'affranchir de l'incapacité de la compagnie nationale à fournir correctement ces zones à haut potentiel touristique.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Projet financé par le SEFA et la BAD

Une puissance de 8 mégawatts, c'est la capacité de la future centrale électrique qui sera installée à Nosy-Be dans le cadre du projet financé par la Banque Africaine pour le Développement (BAD) à travers le Fonds des Energies Durables pour l'Afrique (SEFA). Ce fonds entend installer sur l'île de Nosy-Be le principe de fourniture d'énergie hybride et renouvelable, moins dépendant des ressources fossiles à l'image de l'actuelle centrale thermique qui alimentent tant bien que mal une partie de l'île. Cette capacité annoncée financée à hauteur d'un million de dollars n'est qu'une tranche initiale et sera complétée à terme avec une enveloppe totale de 30 millions de dollars. L'objectif du SEFA est de couvrir 70% de l'île de Nosy-Be, autant dire une bouffée d'oxygène pour les habitants de l'île et les opérateurs hôteliers qui sont les premiers à avoir souffert du manque de régularité en fourniture électrique à Nosy-Be. Le projet durera cinq ans et prendra effet dès cette année, après la signature du début de financement.



Le SEFA est un projet commun, fruit de la collaboration de la BAD et du Danemark. Ce projet comporte des phases d'électrifications de zones isolées en Afrique et qui ont un fort potentiel de développement que ce soit dans l'industrie ou dans le tourisme, comme le cas de Nosy-Be. Le SEFA bénéficie d'une première enveloppe de 56 millions de dollars de la part du gouvernement danois et de la BAD. Le fonds sera utilisé dans des projets d'installations d'infrastructure d'énergies renouvelables telles que des éoliennes, des panneaux solaires et hydroélectriques, couplées aux infrastructure existantes. Le SEFA comptera comme bénéficiaires à terme de ce projet d'installation d'infrastructure d'énergies renouvelables 50.000 habitants, 300 futurs emplois annuels créés et 70 nouvelles entreprises liées directement au projet.

Initiatives privées pour la lutte contre le réchauffement climatique

Face aux projets institutionnels, on assiste à Nosy-Be la naissance d'une initiative privée. Parmi les hôteliers de l'île qui sont totalement tributaires de la qualité de la fourniture en électricité, certains ont pris le devant de la lutte pour l'indépendance énergétique et ont installé leurs propres infrastructures électriques où l'on compte une grande majorité de panneaux solaires.
Le plus emblématique des ces hôtels classés "écologiques" est l'Edenlodge à Nosy-Be. Cet hôtel d'une cinquantaine de chambres a annoncé dès sa conception sa lutte engagée contre le réchauffement climatique qui devrait selon ses promoteurs se faire en amont des projets, à la construction. Edenlodge produit en effet la totalité de sa propre demande en électricité avec son parc solaire qui affiche une capacité de 6kW. Toutes les installations "froid" et "lumière" de l'hôtel sont de la catégorie "basse consommation", équipées par des lampes LED et la chaîne "froid" par du matériel classé "basse consommation d'énergie CE". La production d'eau chaude de l'hôtel est aussi totalement fournie par une installation de capteurs thermiques opérationnels pendant 300 jours par an. L'eau utilisée par Edenlodge est puisée à l'aide de deux pompes solaires et stockée dans un réservoir de 10.000 litres. Contrairement à beaucoup d'hôtels, l'Edenlodge récupère son eau usée et la filtre avec des chutes de noix de coco et coraux morts pour la réutiliser pour l'arrosage et le lavage extérieur. L'hôtel traite aussi ses déchets organiques et les recycles en compost. Edenlodge est classé comme hôtel pilote pour l'éco-tourisme et bénéficie de la certification Green Globe.

Si les initiatives de ce genre se multiplient, Nosy-Be pourrait prétendre s'approcher doucement de l'indépendance énergétique et mais aussi comme étant une zone qui lutte contre le réchauffement climatique qui est préjudiciable à l'économie locale et et à l'environnement de cette région de Madagascar. Nosy-Be compte 44 établissements hôteliers qui sont engagés sur le thème du Tourisme Durable selon la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar (FHORM).

Aucun commentaire:

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives