lundi 13 mai 2013

Mise en route de la première centrale thermoélectrique à biomasse de Madagascar

La Cirad et le projet Gesforcom, accompagnés de partenaires malgaches, ont mis en route en septembre 2012 la première centrale thermoélectrique à biomasse de Madagascar à Andaingo, dans la région Alaotra-Mangoro. Objectif : fournir aux ménages ruraux de la région de l'électricité bon marché.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

La première centrale thermoélectrique à biomasse de Madagascar à Andaingo
Andaingo, une commune rurale de 20.000 habitants, dans la région Alaotra-Mangoro, à l'Est de Madagascar, est le lieu d'un nouvel espoir dans le domaine de l'électrification rurale. La Cirad, l'Ader (Agence pour le développement de l'électrification rurale), le FOFIFA (Centre national de la recherche appliquée au développement rural) et la société brésilienne PSI Thermo Metalurgica LTDA ont lancé un projet commun d'installation d'une centrale thermoélectrique à biomasse en 2012. L'installation a été effectuée et la centrale a été mise en route en septembre 2012. La Gesforcom (Gestion communale, gestion communautaire, développement local) a été mis à contribution dans ce projet d'électrification.

La centrale thermoélectrique fonctionne avec un foyer et une chaudière à eau qui devrait être portée à l'état de vapeur sous 250° à une pression de 12 bars. Le moteur à vapeur transforme l'énergie thermique en énergie mécanique qui propulse un rotor jusqu'à 75kW pour produire de l'électricité. La centrale consomme une tonne de bois d'eucalyptus par jour, environs 400 tonnes par an à un taux d'humidité moyenne de 30%. L'intérêt du projet exploité par la Cirad est que cette dernière possède 2.500ha de plantations d'eucalyptus robusta avec un rendement moyen contenu dans une fourchette de 35 à 75 tonnes à l'hectare pour du bois de 5 ans, pour une récolte de 6 à 12 hectares par an.

Grâce au niveau d'expertise de la société brésilienne PSI Thermo Metalurgica, la vapeur d'eau produite pendant le processus de chauffe peut être réutilisée dans le séchage de planche de bois et de fruits.

Cette centrale thermoélectrique à biomasse est prévue pour alimenter environs 600 ménages et les coûts calculés par les promoteurs du projet arrivent à 0,24euro par kWh avec l'aide la commune rurale d'Andaingo, qui a participé au montage d'un contrat de gestion et d'exploitation entre les promoteurs du projet et les futurs usager ainsi que les gestionnaires forestiers et les planteurs d'arbres. Cette chaîne de collaboration aide à la préservation de la forêt et de l'environnement ainsi qu'à la création d'emploi et surtout, l'objectif principal, l'électrification rurale à bas coûts.

Aucun commentaire:

N E W S