mardi 9 juillet 2013

Madagascar est le 5è pays le plus vulnérable aux changements climatiques

La cote Ouest de Madagascar risque d'être engloutie au fond des océans d'ici 20 ans". Si rien n'est mis en place pour atténuer les changements climatiques, les cotes de Madagascar connaîtront "une hausse du niveau de la mer entre 5 et 7 mètres."

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Indices de vulnérabilité Maplecroft 2012 face aux changements climatiques
D'après une étude faite par l'équipe Maplecroft en 2011 permettant de publier des résultats chiffrés en 2012, Madagascar est le 5è pays le plus vulnérable aux changements climatiques si rien n'est entrepris immédiatement. Ce constat est fait alors que le taux de réchauffement mondial d'une moyenne de 2 degrés est largement dépassé. Ce chiffre n'augure rien de bon pour le climat mondial et ses conséquences. Maplecroft a publié un classement des pays les plus menacés par les conséquences des changements climatiques : température extrême, montée du niveau de la mer, pluviométrie élevée, ... Les dix premiers pays figurant sur ce classement sont : Haïti, Bangladesh, Zimbabwe, Sierra Leone, Madagascar, Cambodge, Mozambique, RD Congo, Malawi et Philippines.


Erosion à l'Ouest de Madagascar
Un atelier, initié par la Direction Générale de la Météorologie, rapporté par Midi Madagasikara, était organisé à Antananarivo avec la participation de Mamy Nirina Rolland Randrianarivelo, ingénieur en météorologie et d'experts étrangers provenant du Massachusetts Institute of Technologie (MIT) spécialisés dans les données économiques et environnementaux. Cet atelier a permis à la partie malgache de révéler le danger ponctuel mais réel qui guette la Grande Île.  Selon Randrianarivelo, "la ville de Morondava, située à l'Ouest de Madagascar risque d'être engloutie au fond des océans d'ici 20 ans". Si rien n'est mis en place pour atténuer les changements climatiques, les cotes de Madagascar connaîtront "une hausse du niveau de la mer entre 5 et 7 mètres."
 Inondation à l'île Maurice en 2013
Notons que les émissions de CO2 mondiales se sont accrues de 36% à 31,6 milliards de tonnes entre 1992 et 2011. Le nombre d'êtres humains est passé de 5,48 milliards à 7 milliards entre 1992 et 2012. Seuls 13% de la surface de la terre dont 1,4% des océans, sont encore protégés de la croissance économique et industrielle effrénée que l'homme mène. Il faudrait au moins 100 milliards de dollars par an pour freiner le changement climatique seulement pour l'Amérique du Sud et les Caraïbes.

1 commentaire:

Andrianjo RAR a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

N E W S