lundi 26 août 2013

Une délégation économique chinoise à la Réunion

Ces rencontres Chine-La Réunion auront lieu autour d'un objectif commun : l'amélioration des échanges commerciaux entre la Chine et la Réunion. La part de la France dans le commerce extérieur chinois est de 3,1% et la Réunion pourrait y jouer un rôle conséquent du fait de sa relative proximité géographique avec la Chine par rapport à la métropole.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

La Réunion ferait-elle les yeux doux aux chinois pour relancer son économie ? C'est en tout cas ce qui semble se tramer avec la visite de la délégation chinoise conduite par Wu Xilin, ministre-conseiller économique et commercial de l'ambassade de Chine en France, accompagné par des hommes du puissant Conseil chinois pour le développement du commerce international (CCPIT) où des groupes chinois à la recherche de nouveaux relais de business sont représentés. Des secteurs porteurs comme le bâtiment et le tourisme ou encore l'automobile étaient en effet en berne à la Réunion ces cinq dernières années, effets de la crise internationale et du manque de dynamisme régional par rapport à l'Asie. L'île est à la recherche d'autres relais de croissance pour rattraper sa voisine, l'île Maurice. Cette visite arrive à point nommé car elle touche plusieurs secteurs prometteurs pour la Réunion et la région Océan Indien : bâtiment, hôtellerie et tourisme, banque, énergie, ...

samedi 17 août 2013

35 sociétés de l'industrie extractive se soumettent à l'EITI en 2013

EITI à Madagascar confirme que la transparence est acquise sur les divers paiements effectués par les sociétés d'extraction auprès de l'Etat malgache. 

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Selon une information de l'agence de presse chinoise Xinhua, 35 sociétés d'extractions dans le secteur des mines et pétrole se sont soumises aux conditions de l'Initiative pour la Transparence de l'Industrie Extractive (EITI). Le rapport réconciliation 2013 comporte 35 sociétés industrielles dont 9 sont des sociétés d'extraction et d'exploitation pétrolière et 26 sont des sociétés d'extraction minière. Ce rapport de réconciliation est soumis par l'EITI à l'ensemble du secteur de l'industrie extractive afin d'établir plus de transparence dans les paiements effectués par ces sociétés auprès du gouvernement malgache sur les taxes, impôts et les redevances spécifiques destinés à l'Etat et aux collectivités. Ils étaient 9 en 2010, selon la représentation de l'EITI à Antananarivo, à avoir effectué ce rapport et l'Etat a encaissé à cette époque 159 millions de dollars. Madagascar a adhéré au système de transparence EITI en 2008 mais a été suspendu en 2011 après l'installation du gouvernement de Transition non reconnue par les institutions internationales. Cette suspension n'a pourtant pas annulé les financements liés à ce système alors que le Conseil d'Administration de l'EITI a étendu la suspension de Madagascar jusqu'en octobre 2013.
La communication officielle de la représentation de l'EITI à Madagascar confirme que la transparence est acquise sur les divers paiements effectués par les sociétés d'extraction auprès de l'Etat malgache.

lundi 12 août 2013

Madagascar classé 73è mondial par l'Economic Freedom Index

183 pays à travers le monde sont passés chaque année au crible par l'Economic Freedom Index. Les trois champions toutes régions confondues sont Hong Kong à 89,3, Singapour 88,0 et l'Australie 82,6.Dans la région sub-saharienne, l'île Maurice tient la tête avec un indice à 76,9, avec un rang de 8è mondial. Madagascar se retrouve à 62,0 et classé 73è mondial.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Rang des sept premiers mondiaux de l'Economic Freedom Index 2013
L'Economic Freedom Index est un outil de mesure créé pour classer chaque pays pour son indice de liberté économique suivant des paramètres préétablis. Ce classement indiciel mondial a été créé en 1995 par l'Heritage Foundation et le Wall Street Journal, propriété du magnat des médias américano-australien Rupert Murdoch. Les principaux paramètres pris en considération dans ces mesures de la liberté économique sont le climat des affaires dans chaque pays, comparée notamment à la liberté d'entreprendre, à la liberté monétaire, à la liberté du travail, aux droits de propriétés. D'autres paramètres économiques rentrent après en compte pour montrer la politique globale de chaque gouvernement face à la dynamique économique mondiale : contrôle budgétaire, contrôle de la corruption, pression fiscale et le contrôle de l'inflation. Cet mesure théorique est basée sur la formule économique d'Adam Smith incluse dans son ouvrage "La Richesse des Nations" publié en 1776, selon laquelle "une économie constate une grande prospérité pour tous quand les institutions protègent le liberté des individus."
(comparez les pays dans le graphique interactif)

vendredi 9 août 2013

Une pureté de 99,9% pour le carbone graphitique du gisement de Molo

"La mine de Molo se trouve dans un contexte géologique unique et très rare qui a permis la qualité et la rareté exceptionnelle de notre produit", selon Craig Scherba, PDG de Energizer Resources.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Le canadien Energizer Resources, à travers sa filiale Green Giant Graphite, qui exploite le gisement de graphite de Molo, à Madagascar, a fait part de sa satisfaction sur la pureté des produits de cette mine. Le graphite lamellaire de Molo est ainsi qualifié de carbone graphitique d'une pureté de 99,9% après analyses. Les tests étaient réalisés par le SGS-Canada et s'agissaient de tests de purification hydro-métallurgique. Cette analyse s'applique sur un concentré de graphite et se fait sur cinq tests principaux avant purification. L'ensemble des cinq étapes répétées de tests peut durer jusqu'à deux jours. L'objectif de ces tests était d'évaluer la capacité du graphite de Molo à atteindre une pureté rarement atteint dans le secteur. SGS Canada a d'ailleurs été mandaté pour mener une autre série de tests de 60 à 90 jours sur une feuille complète de graphite pour poursuivre les directives techniques rédigées dans l'étude de faisabilité complète du projet.
Craig Scherba, PDG de Energizer Resources, n'a pas caché la satisfaction de son groupe d'avoir atteint ce niveau de pureté de 99,9% à Madagascar. "Ce test nous est très important car il confirme les résultats minéralogiques notre analyse économique préliminaire (AEP) qui place le graphite de Molo à un segment exceptionnel." La base objective de cette étude était de 98% à 99% de pureté du carbone graphitique. Craig Scherba a ajouté que "la mine de Molo se trouve dans un contexte géologique unique et très rare qui a permis la qualité et la rareté exceptionnelle de notre produit."

jeudi 1 août 2013

Hollande augmente la "taxe Chirac" dans les billets d'avion

Unitaid, un organisme rattaché à l'ONU gère un compte a été créé spécialement et sera est alimenté par la "taxe Chirac". Unitaid est mandaté pour placer l'argent récolté par la "taxe Chirac" sur l'achat de médicaments et des projets humanitaires.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Le gouvernement Hollande a l'intention d'augmenter de 12,7% la "taxe Chirac" inscrite dans les billets d'avion. Cette taxe créée en 2006 est destinée à aider les pays pauvres. Unitaid, un organisme rattaché à l'ONU gère un compte a été créé spécialement et sera est alimenté par la "taxe Chirac". Unitaid est mandaté pour dépenser l'argent récolté par la "taxe Chirac" sur l'achat de médicament, mais Unitaid a aussi pour vocation de financer des projets de lutte contre le Sida et le paludisme dans les pays pauvres. 200 millions d'euros ont déjà été encaissés par cette taxe pour Unitaid dont les bénéficiaires se chiffrent actuellement à une trentaine de pays. Selon Bill Clinton, "Unitaid est un don inestimable de la France au monde."

A Madagascar, dans un billet d'avion long courrier  Antananarivo - Paris, deux types de taxes sont inscrits : celle de la solidarité en question qui est codée IZ à 11.200 ariary, à 1% du billet d'avion, et deux autre taxes dites "françaises", codée QX à 67.200 ariary à 6% du billet, et codée FR à 32.900 ariary et 34.225 ariary à 5%. Il est à noter qu'on a constaté une hausse de 60% entre le tarif 2011 et 2013 pour cette dernière partie de la taxe "française", celle de 32.900 ariary qui était à 20.300 ariary auparavant. 11% d'un billet long courrier à Madagascar sont donc constitués par des taxes "françaises".
En France, la taxe varie d'un euro pour un vol intérieur en classe économique et la plus chère à 40 euros dans un billet pour la classe Business sur un vol long courrier.

N E W S