samedi 17 août 2013

35 sociétés de l'industrie extractive se soumettent à l'EITI en 2013

EITI à Madagascar confirme que la transparence est acquise sur les divers paiements effectués par les sociétés d'extraction auprès de l'Etat malgache. 

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Selon une information de l'agence de presse chinoise Xinhua, 35 sociétés d'extractions dans le secteur des mines et pétrole se sont soumises aux conditions de l'Initiative pour la Transparence de l'Industrie Extractive (EITI). Le rapport réconciliation 2013 comporte 35 sociétés industrielles dont 9 sont des sociétés d'extraction et d'exploitation pétrolière et 26 sont des sociétés d'extraction minière. Ce rapport de réconciliation est soumis par l'EITI à l'ensemble du secteur de l'industrie extractive afin d'établir plus de transparence dans les paiements effectués par ces sociétés auprès du gouvernement malgache sur les taxes, impôts et les redevances spécifiques destinés à l'Etat et aux collectivités. Ils étaient 9 en 2010, selon la représentation de l'EITI à Antananarivo, à avoir effectué ce rapport et l'Etat a encaissé à cette époque 159 millions de dollars. Madagascar a adhéré au système de transparence EITI en 2008 mais a été suspendu en 2011 après l'installation du gouvernement de Transition non reconnue par les institutions internationales. Cette suspension n'a pourtant pas annulé les financements liés à ce système alors que le Conseil d'Administration de l'EITI a étendu la suspension de Madagascar jusqu'en octobre 2013.
La communication officielle de la représentation de l'EITI à Madagascar confirme que la transparence est acquise sur les divers paiements effectués par les sociétés d'extraction auprès de l'Etat malgache.

Aucun commentaire:

N E W S