vendredi 11 octobre 2013

L'African Leadership Network a décerné les prix 2013 pour l'African Awards Entrepreneurship

Le rôle premier de l'African Leadership Network est de promouvoir en Afrique la prospérité par la promotion de l'esprit d'entreprise. Ces gagnants représentent l'avant-garde des entrepreneurs africains qui dévoile un avenir prospère, confiant et optimiste pour le continent. Interview d'Erick Rajaonary, DG de Guanomad sur How We Made It In Africa.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Isaac Kwaku Fokuo Jr, PDG de l'African Leadership Network (ALN) est fier d'attribuer pour cette édition 2013 les African Awards Entrepreneurship (AAE). Les finalistes sont issus de secteurs porteurs pour le continent : industrie manufacturière, agribusiness, nouvelles technologies, éducation, commerce de détail et aviation. L'ALN a été créé en 2007 et 45 pays africains constituent le comité actuel. Depuis sa création, 1,5 millions de dollars ont été décernés aux 30 entreprises africaines, gagnants de l'AAE. Les Awards pour chaque entreprises sont accompagnés d'une enveloppe de 200.000 de dollars chacun.

Isaac Kwaku Fokuo Jr insiste sur le rôle premier de l'ALN est " de promouvoir en Afrique la prospérité par la promotion de l'esprit d'entreprise. Ces gagnants représentent l'avant-garde des entrepreneurs africains qui dévoile un avenir prospère, confiant et optimiste pour le continent." Les 10 plus grosses sociétés dirigées par des membres de l'ALN pèsent plus de 20 milliards de dollars et emploient 300.000 personnes en Afrique.

L'ALN a désigné les gagnants sur 12 finalistes choisis sur un millier de candidats issus de 47 pays.
La société nigériane Interswitch Limited a gagné dans la Transformational Business Award. Elle offre une solution capitale qui intéresse plusieurs secteurs dans l'économie africaine en relation avec d'autres continents : infrastructure technologique et conseils pour les transactions entre gouvernements, institutions bancaires et sociétés implantées en Afrique.
L'Oustanding Mature Business Award a été décerné à une société venant de Gambie, QuantumNet. Cette société est le premier fournisseur de services Internet et technologies pour les grandes marques de la Gambie, avec de gros volumes de transactions couvrant la Gambie et le Sierra Leone.
La société kényane Sustainable Development For All a gagné le Social Entrepreneur Award. Cette société apporte les technologies de l'énergie solaire pour des zones reculées sans électricité ans le but de l'amélioration de l'éducation et de la vie familiale.
Le prix de l'Outstanding Small Growing Business a été attribué à la société malgache Guanomad. Cette société produit des fertilisants et engrais naturels à base de guano. La production est destinée essentiellement à l'agriculture biologique.

Interview d'Erick Rajaonary, DG de Guanomad sur How We Made It In Africa

En 2005, après une carrière d'expert-comptable, Erick Rajaonary a décidé de lancer sa propre entreprise, qui produit et distribue des engrais organiques extraits de fientes de chauve-souris trouvés dans les grottes de Madagascar.

Le 03 octobre dernier, Guanomad était lauréat de l'Outstanding Small Growing Business de l'African Leadership Network 2013. Voici une interview d'Erick Rajaonary pour en savoir plus sur les activités de Guanomad , de l'agriculture à Madagascar et quelques-unes des possibilités d'investissements à Madagascar.

Vos clients sont essentiellement locaux ou exportez-vous la majorité de votre engrais ?

Depuis la création de Guanomad, la majeure partie de notre production est vendue sur le marché local. Mais en décembre 2012, l'interdiction sur les importations de guano malgache sur le territoire de l'Union Européenne a été levée, et Guanomad a commencé son activité d'exportation dans cette zone. Notre guano était d'abord exporté à La Réunion , puis en Europe dans un deuxième temps.
Cette année, notre stratégie est orientée vers l'Afrique en raison de sa proximité et ses multiples possibilités en matière d'agriculture biologique. Grâce à l'African Leadership Network 2013, notre nouvelle orientation a été validée. Le marché africain présente une grande opportunité pour nous actuellement.

Quels ont été les défis que vous avez rencontrés au début ?

Le plus grand défi, en raison de la nouveauté du produit et son origine (fientes de chauve-souris), a été la création du marché à l'intérieur de la Grande Île. Même pour nous, au début, il nous était impossible de choisir le mot guano juste qui explique le produit. Deuxièmement , nous avions fait face à un marché qui était dominé par les engrais chimiques. La notion de développement durable n'était pas encore bien connue par les agriculteurs.

L'agriculture est une industrie d'avenir à Madagascar. Décrivez la demande pour l'engrais et ce concours vous devez faire face ?

L'agriculture est secteur très prometteur mais il est soumis à une contradiction . Elle emploie 85% de la population active, mais ne génère que 26% du PIB. Sur le marché malgache, nous sommes confrontés à la pauvreté et la faiblesse du pouvoir d'achat . Néanmoins, nous avons trouvé un moyen de distribuer nos produits, grâce au réseau que nous avons mis en place depuis nos débuts. Nos principaux concurrents sont maintenant les engrais chimiques. Ils étaient présents sur le marché depuis trop longtemps. Mais maintenant, les agriculteurs sont conscients des effets nocifs des engrais chimiques, et ils commencent à utiliser le fumier organique.

Aviez-vous connu des échecs, avec des leçons que vous en aviez apprises ?

Notre principal échec, c'est que notre stratégie reposait sur ​​les subventions de l'État. Au début de la crise politique de 2009, nous avons dû faire face à l'arrêt brutal des subventions. Depuis, nous avons ajusté nos stratégies de segmentation de notre marché et défini nos actions pour chacun de ces segments.

Pourriez-vous décrire les défis économiques de Madagascar ?

D'abord et avant tout, c'est de résoudre le manque de pouvoir d'achat, et il n'est pas impossible à faire. Chacun devrait adapter sa stratégie autour des solutions apportées.

Que diriez-vous des opportunités d'affaires et d'investissement à Madagascar ?

Je donnerais la priorité à la création de produits ou de services qui auraient un impact direct sur la vie et le bien-être de la population. Dans l'augmentation prévisible de la demande alimentaire mondiale, Madagascar, avec ses terres arables, peut se positionner sur la scène mondiale. Évidemment, je pense que l'investissement dans l'agriculture et l'agro-industrie est conseillé. 

Si vous pouviez fournir juste un conseil pour les jeunes, les aspirants entrepreneurs à Madagascar, quel serait-il ?

Penser grand et être un visionnaire. Ne pas être opportuniste.

Aucun commentaire:

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives