mardi 26 novembre 2013

Sherritt très dépendant de l'évolution du cours mondial du nickel

Le cours du nickel sur le London Metal Exchange (LME) a reculé à 13.205 dollars la tonne en juillet, le plus bas de 2013, après un niveau le plus haut de l'année 2013 à 18.700 dollars la tonne au mois de février. Cette baisse importante observée en 2013 est la conséquence de l'excédent mondial de stocks accumulé depuis deux ans.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Production mondiale de nickel en 2012
L'annonce faite par Sherritt International sur ses résultats à la fin octobre 2013 a laissé les investisseurs perplexes sur la perspective du secteur du nickel pour l'année prochaine. En effet, le groupe a communiqué officiellement un résultat net positif de 1,1 millions de dollars pour le troisième trimestre 2013 (Q3) contre un résultat négatif de 22,6 millions de dollars à la même période en 2012. Le chiffre d'affaires du groupe est passé également sur la même période de 342 millions de dollars en 2012 à 286 millions au Q3 de cette année. Sherritt devrait produire cette année 60.000 tonnes de nickel fini et 5.500 de cobalt, sur une dépense totale d'investissement de 248 millions de dollars.


Cours du nickel en novembre 2013
Ce repli s'explique par un environnement mondial en dégradation pour le nickel. Le cours du nickel sur la place de London Metal Exchange (LME) a reculé à 13.205 dollars la tonne en juillet, le plus bas de 2013, après un niveau le plus haut de l'année 2013 à 18.700 dollars la tonne au mois de février. Cette baisse importante observée en 2013 est la conséquence de l'excédent mondial de stocks accumulé depuis deux ans. Ces stocks sont passés de 100.000 millions de tonnes en février 2011 à 248.000 millions de tonnes en novembre 2013. La production mondiale de nickel a connu une hausse passant de 1,41 millions de tonnes en 2007 à 1,76 millions de tonnes en 2012. La Chine, qui absorbe les 30% du nickel provenant des principaux fournisseurs mondiaux, a réduit considérablement sa commande en ralentissant le rythme de ses projets liés à ce métal désormais appelé "le métal du diable" par les spécialistes. Ces événements parallèles ont conduit inexorablement le marché à cet excédent de stocks mondiaux.
De son coté, l'Indonésie a un projet gouvernemental d'opérer à l'intérieur de son territoire sur la phase de raffinage de nickel en lançant un embargo d'exportation de minerai brut. Si ce projet tant attendu par le secteur se fait, le cours pourrait se redresser. Certains analystes ne tablent pourtant sur aucun mouvement positif sur le cours du nickel même si Jakarta lance l'embargo car la Chine possède actuellement le plus grand stock de nickel indonésien.

Aucun commentaire:

N E W S