jeudi 16 janvier 2014

Désaccord au conseil d'administration de Sherritt International

Les luttes internes dans le conseil d'administration de Sherritt International et dans l'industrie minière en général sont un signe que des groupes d'investisseurs canadiens se sont engagés dans un combat pour le changement dans les entreprises sous-performantes dont Sherritt fait désormais partie depuis la chute du prix du nickel.

par Tsirisoa Rakotondravoavy pour le Journal de l'Economie

George Armoyan, administrateur de Sherritt International et représentant Clarke Inc. dans le capital, affirme que la compagnie a rejeté sa demande de changement au conseil d'administration du groupe canadien. Ce qui a créé un conflit interne à la direction de Sherritt International. Clarke Inc. , une société d'investissement basée à Halifax, avait demandé au groupe Sherritt de convoquer une assemblée extraordinaire des actionnaires afin de réduire la taille de son conseil d'administration et remplacer trois de ses administrateurs avec les représentants de Clarke Inc.

Lors d'une réunion jeudi entre le directeur général de Clarke Inc. George Armoyan et le président du conseil d'administration de Sherritt International Harold Stephen , le groupe a signifié à Armoyan que le CA était prêt à étudier sa proposition s'il est passé par le processus normale de nomination. Armoyan trouvé l'offre inacceptable . "Ils ne sont pas disposés à céder d'aucune manière. Nous allons avoir une confrontation en interne », a-t-il dit après une réunion d'une heure dans son bureau de Toronto avec Harold Stephen.

Le groupe Sherritt a affirmé n'avoir pas rejeté la demande de George Armoyan pour la représentation au conseil et affirme : « Armoyan refusé de participer à ce processus. Le groupe Sherritt est basé sur une norme de bonne gouvernance d'entreprise à respecter ". Les luttes internes dans le conseil d'administration de Sherritt International et dans l'industrie minière en général sont un signe que des groupes d'investisseurs canadiens se sont engagés dans un combat pour le changement dans les entreprises sous-performantes dont Sherritt fait désormais partie depuis la chute du prix du nickel.
La société Clarke Inc. affirme avoir commencé à prendre position au sein du groupe Sherritt au mois de juillet 2013 et détient désormais une participation de 5% requis pour émettre une demande pour une assemblée extraordinaire des actionnaires . Cette demande a été rendue public la veille de Noël et a obligé Sherritt à répondre dans les 21 jours suivant la publication. Le groupe Sherritt a répondu qu'il répondra "en temps voulu".
Dans la foulée, Geroge Armoyan a affirmé qu'il aura des soutiens au sein du conseil d'administration de Sherritt pour le remaniement et a exigé une plus grande représentation en nombre d'administrateurs. " Nous nous sommes adressés à certains actionnaires institutionnels et nous croyons que beaucoup d'entre eux en ont assez de ce conseil et de certains membres de la direction et ils veulent voir se produire des changements", a-t-il affirmé.
George Armoyan et un autre actionnaire, Takota Asset Management Inc., voulaient à travers des rachats d'actions au début de 2013, une montée dans le capital de Sherritt International.
À l'époque, Sherritt a jugé la manoeuvre inappropriée compte tenu de la baisse du prix du nickel et parce que des fonds ont été nécessaires pour développer son projet d'exploitation de nickel à Ambatovy, Madagascar.



Les sites et les matières exploités par Sherritt International
Contrairement à d'autres entreprises minières, l'action de Sherritt n'a jamais pu entièrement récupéré après la chute à 2,04 $ à partir de $ 17,60 pendant la crise financière mondiale . La récente hausse des prix des matières premières a contribué à ramener l'action de Sherritt au-dessus de 9 $, mais cette dernière s'est stabilisée à environ 3,50 $. Le marché était impitoyable quand Sherritt l'a informé du programme retardé de la production à Ambatovy, où elle détient 40 pour cent de l'exploitation. En outre, le groupe, qui jusqu'à récemment était le plus grand producteur de charbon thermique , a tout simplement cédé ses positions sur cette matière en Alberta, au Saskatchewan et dans d'autres sites canadiens. Les investisseurs et les analystes ont émis un doute sur la stratégie de Sherritt International qui peine à redresser la situation. 
Raymond Goldie , analyste chez Salman Partners , estime par contre que l'action Sherritt est sous-évaluée et que le groupe pourrait améliorer sa performance en séparant l'exploitation du nickel et de l'énergie en deux entités distinctes .

Sherritt a pris des mesures pour simplifier ses opérations et a récemment soldé ses filiales dans le charbon. Un cash de 1 milliard de dollars a permis Sherritt une injection d'argent que le PDG Harold Stephen du groupe a alloué à une caisse pour rembourser les dettes et une acquisition potentielle dans le... nickel.

En outre, l'Indonésie vient d'appliquer son projet d'interdire l'exportation de minerai, le nickel compris. Le gouvernement indonésien espère ainsi absorber de nouveaux investissements locaux dans l'industrie minière et par voie de conséquence, faire rétablir le cours mondial du nickel dont elle est l'un des plus grands producteurs. A court terme, le marché a réagi de manière positive et a connu une envolée du cours du nickel sans pour autant perdre la raison et la prudence sur un revers à moyen terme.

Aucun commentaire:

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives