vendredi 17 avril 2015

Le gouvernement malgache a approuvé le Plan de développement de Madagascar Oil

Journal de l'Economie / Insight Desk
La nouvelle a provoqué un petit séisme sur le cours boursier de Madagascar Oil. Le titre a bondi de... 147% sur le marché. Le titre minier du Bloc 3104 ne sera plus un titre ordinaire en attente de valorisation future. Le gouvernement de Madagascar vient en effet d'approuver le plan de développement présenté par Madagascar Oil. Ce feu vert des malgaches ramène beaucoup de chose pour la société, dirigé par le directeur général récemment nommé, Robert Estill. Madagascar Oil pourra pendant ce trimestre même avancer dans la commercialisation de son stock de quelques 100.000 barils accumulés pendant les procédés d'injection de vapeur (SFP : Steam flood project).
Ces efforts s'étalant sur 25 années d'attente et de recherches confirment la capacité réelle prouvée du site de Tsimiroro à produire jusqu'à 1,7 milliard de barils de pétrole. Madagascar Oil espère d'ici 2018 produire jusqu'à 10.000 barils de pétrole lourd par jour. Cet aboutissement est la somme de 11 années d'exploration et de forage de 138 puits, qui ont coûté 300 millions de dollars.
La compagnie compte entreprendre les travaux d'un compartiment de puits supplémentaire pour le procédé SFP pour arriver à cet objectif de 10.000 barils par jour. Ces travaux commenceront dès la fin 2015.

Côté malgache, cette approbation est tout simplement une grande première car le sol de Madagascar produira réellement son premier baril de pétrole lourd tant attendu sur le site de Tsimiroro. "C'est une dynamique positive pour Madagascar et la compagnie Madagascar Oil après cette approbation du plan de développement de la société par le gouvernement, le premier projet pétrolier à avoir dépassé cette phase sur la Grande Île", selon les analystes de la maison de courtage VSA Capital.

Steve Hope, un des administrateurs de Madagascar Oil avait raison d'avoir accumulé des actions de cette dernière depuis décembre 2014. Il en a acheté sur le marché jusqu'à 960.000 actions de Madagascar Oil au nom de son fonds Master Fund Outrider basé à San Francisco, aux Etats-Unis. Ce fonds détiendrait actuellement 28,8% de Madagascar Oil.

VSA Capital estime quant à lui que le cours de l'action Madagascar Oil pourrait encore monter jusqu'à 35% de sa valeur actuelle au lieu des 70% de hausse prévue avant la chute du cours mondial du pétrole. Madagascar Oil pourrait lever des fonds sur ses actions ou travailler avec un partenaire stratégique, un "major" comme on appelle les grands groupes pétroliers sur le marché.

Aucun commentaire:

N E W S

Pretoria va refinancer South African Airways, proche de la faillite

Pretoria va refinancer South African Airways, proche de la faillite
Pretoria va débourser 819 millions d'euros en octobre pour remettre South African Airways dans le vert en 2019.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives