dimanche 26 juillet 2015

Madagascar Oil retrouve des couleurs à Londres, merci à corporate america !

de g. à dr. , Paul Hinks du groupe Symbion Power, Zouzar Bouka du groupe Vima et Hery Rajaonarimampianina, président de la République de Madagascar - Photo : DR
Journal de l'Economie | Insight Desk
LONDRES, 26/07/15 (journaldeleconomie.com) -- Après plusieurs mois de recherches de financement pour les opérations de commercialisation de son huile lourde à Tsimiroro, à l'ouest de Madagascar, la compagnie Madagascar Oil cotée à Londres a trouvé un autre relais inespéré sur place. Tsimiroro et toute cette la région pétrolifère auront en effet un nouvel acteur de taille présent dans l'Energie, notamment au Nigéria et en Egypte avec d'énormes fermes solaires. Il s'agit de Symbion Madagascar, un nouveau producteur d'énergie, filiale du groupe Symbion Power dirigé par Paul Hinks, en discussion exclusive depuis le mois de mai avec le gouvernement de Madagascar. Paul Hinks est non moins un puissant lobbyiste qui préside le Corporate Council Africa. Le site web de la Présidence de Madagascar jubile en titrant "Passons aux choses sérieuses". Les communicants de Hery Rajaonarimampianina ne s'y sont pas trompés, ils ont cette fois-ci des appuis de taille. Merci à Corporate America.

Un autre acteur se trouve dans le capital de Symbion Madagascar, il s'agit du groupe malgache Vision Madagascar (Vima), appartenant à l'homme d'affaires Zouzar Bouka, un fin connaisseur de la présence des Etats-Unis à Madagascar. Zouzar Bouka est un membre éminent de l'American Chamber (AmCham) à Madagascar, une institution américano-malgache qu'il appuie depuis des années et dont il a été président. Vima était connu comme le groupe qui a construit la nouvelle Mairie d'Antananarivo pendant la Transition politique d'après 2009, un site laissé à l'abandon des républiques successives après les événements politiques de mai 1972 pendant lesquels le bâtiment a été incendié.


Symbion Madagascar installera sept centrales électriques à Madagascar sur des sites stratégiques identifiés : Nosy-Be et Diego Suarez au nord, île Sainte-Marie et Tamatave à l'est, Majunga et Tsimiroro à l'ouest. La puissance totale estimée de ces centrales est de 180 mégawatts. Celle qui sera construite à Tsimiroro fonctionnera avec de l'huile lourde et produira 65 MW d'électricité. Madagascar Oil en sera le principal fournisseur à raison de 4.000 barils par jour. Ce sera un marché capital pour Madagascar Oil car il était en difficulté depuis des mois, notamment à cause de la baisse mondiale des cours des matières premières. Ce qui l'a conduit à la recherche de financements supplémentaires. Les analystes financiers évaluent ainsi une reprise importante du cours de Madagascar Oil à Londres avec une hausse à terme de 300%. Le cours actuel traîne à 3,25 £ avec un objectif à plus de 30£. Il faut savoir que Madagascar Oil détient les licences d'exploitation sur le bloc 3104 à Tsimiroro, 3105 à Manambolo, 3106 à Morondava et 3107 à Manandaza, à Madagascar.

Aucun commentaire:

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

N E W S