vendredi 29 juillet 2016

Telegram, l'appli qui sent le souffre

Pavel Durov a créé Telegram en 2013, et VKontakte, le Facebook des russes vendu à des proches de Poutine (vidéo en bas)




Journal de l'Economie | Tsirisoa Rakotondravoavy
  

SAINT-PETERSBOURG, 29/07/2016 (journaldeleconomie.com) -- Pavel Durov est russe et c'est lui qui a créé l'application pour smartphone Telegram. Durov, surnommé "Pasha", revendique une liberté totale pour sa création. Âgé de 30 ans aujourd'hui, ce jeune homme est officiellement en exil et visible partout où se passent des conférences internationales sur le numérique comme à Barcelone, à Berlin ou à San Francisco, à sa guise. Car selon Igor Achmanov, spécialiste russe d'Internet, et ancien collaborateur de Durov sur VKontakte, "ce jeune a un comportement bizarre, il s'est d'ailleurs fâché avec beaucoup de monde". Pavel Durov a réagi aux critiques qui lui sont adressées par une remarque laconique : "Pourquoi ne pas interdire aussi les mots ? S'il y a meurtre au couteau, le couteau est-il coupable ?". Insaisissable, Pavel Durov ose même rentrer quelquefois à Saint-Petersbourg pour visiter sa famille.
Son application Telegram est réputée pour être incassable pour les hackers et les gouvernements envieux de connaître ce qui s'échange sur Internet. Telegram a fait encore parler d'elle dernièrement car c'est à travers cette appli qu'Adel Kermiche a publié le 26 juillet ce qui allait se passer à Saint-Etienne-Du-Rouvray. L'assassinat du père Jacques Hamel a en effet été prédit dans un message de Kermiche sur Telegram avec une phrase claire : "Téléchargez ce qui va venir et partagez-le en masse". Pavel Durov a beau avoir bloqué quelques comptes de terroristes depuis les attaques en Europe en 2014 et 2015 mais, comme WhatsApp et Twitter, il ne peut pas tout contrôler. Et il ne veut surtout pas tout contrôler tout en rassurant l'opinion : "Si critiquer le gouvernement est illégal dans un pays, Telegram ne participera pas à une telle censure".

L'adhésion des terroristes à Telegram est connue selon les spécialistes de la sécurité publique. L'application russe, créée en 2013 fait en effet partie de celles qui sont les plus sécurisées sur le marché de la messagerie digitale. Pavel Durov n'en est pas à son coup d'essai. Il est un fin connaisseur des réseaux sociaux, ayant été le créateur de VKontakte, l'équivalent russe de Facebook. Le gouvernement russe avait du mal à contrôler ce réseau et a fini par "faire acheter" VKontakte à des proches de Vladimir Poutine pour une somme non divulguée, mais évaluée par les spécialistes à 100 millions d'euros. 

Les spécialistes du numérique ont analysé Telegram et ses sous-applications. L'application contient des modules d'échanges chiffrés et cryptés. Les sous-applications dénommées Channels pour le forum et des "chats secrets" fonctionnent sur Telegram et l'utilisateur peut faire détruire définitivement chaque message par le destinataire. D'où la difficulté d'accès aux données de cette application de Durov. C'est ce qui a été utilisé par Kermiche et ses 200 suiveurs (followers) avant l'assassinat du père Hamel.

Telegram est pourtant considéré comme moins sûr que Twitter, le réseau utilisé par Larossi Abballa, le tueur du couple de policiers français en juin 2016. Comme Telegram, Twitter et WhatsApp utilisent eux aussi des messages chiffrés et cryptés. Telegram revendique plus de 100 millions d'utilisateurs dans le monde dont des chefs d'entreprises et des politiciens comme Christian Estrosi, Jean Luc Mélenchon ou l'opposant au gouvernement russe Alexeï Navalny, dont les données sur Telegram sont exigées par le FSB en Russie.

Vidéo >

Aucun commentaire:

N E W S