samedi 3 septembre 2016

Après la Chine, les Etats-Unis ont ratifié la COP 21

Les issues possibles pour la COP 21 - Infographie Energie & Développement




Journal de l'Economie | Tsirisoa Rakotondravoavy | Climate Analytics


PEKIN, 03/09/2016 (journaldeleconomie.com) -- C'est ce qu'on appelle une bonne nouvelle pour la planète. L'organe politique suprême de la Chine, son parlement populaire, a avalisé aujourd'hui la proposition de ratifier les accords de Paris de décembre 2015 compilés dans la COP 21. C'est déjà un grand pas pour la planète car ce pays, le plus gros pollueur du globe, produit encore 70% de son électricité à partir du charbon et émet 1/4 de CO2 enregistré par le think tank Climate Analytics. Et comme une bonne nouvelle en apporte souvent une autre, les Etats-Unis, le second plus gros pollueur, ont en aussi fait autant le même jour. Barack Obama a rencontré en effet son homologue chinois Li Xiping à Hangzhou, à l'Est de la Chine, lors du sommet du G20. L'engagement chinois illustre une vraie volonté politique qui devrait entrainer les pays qui n'ont pas encore ratifié la COP 21. La Chine et les Etats-Unis, les deux premières économies et premiers pollueurs, produisent à eux seuls 40% des émissions mondiales de CO2
Dans les textes de la COP 21, dont le principal objectif mondial est de contenir le réchauffement climatique entre 1,5° et 2°, au moins 55 des pays représentant 55% des émissions de CO2 devraient ratifier ces accords. A ce jour, seuls 23 constitués principalement des Petits Etats Insulaires, les plus fragiles économiquement et les plus exposés aux émissions, l'ont fait, alors que les textes rentreront en vigueur en 2020. L'engagement chinois et américain, en marge du G20 de Hangzhou, sera un grand pas car on sait déjà que la France et la Hongrie, les premiers en Europe, l'ont fait en juin dernier. En Afrique, le plus gros pollueur est le pays le plus industrialisé, l'Afrique du Sud avec 1,2% des émissions mondiales de CO2.

 
Au moins 5 grands pollueurs le feront avant la fin de cette année : le Brésil, l'Iran, le Canada, le Japon et l'Indonésie. Le think tank Climate Analytics prévoit à terme atteindre la ratification de la COP 21 par 60% des pays émetteurs de CO2. L'enjeu est hautement politique quand on sait que des changements de gouvernements ont lieu ou auront lieu dans ces pays : chute de Dilma Rousseff, élections aux Etats-Unis et en France, possible abdication de l'empereur de Soleil Levant, et surtout les accords sur le nucléaire engagés avec l'Iran.

Aucun commentaire:

N E W S