samedi 26 novembre 2016

Sommet de la Francophonie : les raisons de la présence-absence de Hollande

Arrivé à Antananarivo avec sa tête des mauvais jours, François Hollande manque de cacher sa colère contre sa famille politique (photo : Le Parisien)



Journal de l'Economie | Tsirisoa Rakotondravoavy | Le Parisien


ANTANANARIVO 26/11/2016 - L'œil ne ment jamais. C'est la réplique de Tony Montana, un immigré fuyant Cuba, incarné par Al Pacino dans le film Scarface. Plus de trente ans après le film, à l'annonce de la disparition de Fidel Castro au moment où François Hollande allait prendre part aux discours d'ouverture du Sommet de la Francophonie d'Antananarivo, ce dernier a été trahi par son air tendu, et l'absence d'hommage au "lider maximo" dans son discours. S'il a beau se rattraper pendant une conférence de presse et dans un communiqué, le mal est fait et les dernières photos et vidéos prises dans la capitale de Madagascar n'ont pas épargné ce visage fermé et absent du président français. Que se passe-t-il pour Hollande ?
Au moment où la président de l'Organisation internationale de la Francophonie, Michaelle Jean prend la parole pour l'ouverture officielle, François Hollande reste littéralement scotché sur son téléphone, et en oublie le geste minimal, et protocolaire, de l'applaudissement, alors que son homologue malgache Hery Rajaonarimampianina, hôte de ce sommet, était juste à côté de lui, les deux étant filmés pour le direct pour toutes les chaînes francophones.

Les raisons de cette tension intérieure de François Hollande se passent à plus de 10.000km d'Antananarivo, en France, "un séisme" comme l'a décrit Libération ce matin. Tôt dans la matinée en effet, lors du "Carrefour des Gauches" organisé par Martine Aubry dans son fief à Lille, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, quatrième homme le plus élevé dans les institutions politiques française et un des piliers de la gauche, a demandé à "Macron, Valls, Hollande et Mélenchon" à se présenter lors de la prochaine primaire de gauche. Cet appel n'est ni plus ni moins une nouvelle forme de distance prononcée entre Hollande et Valls, quand on a constaté que ce dernier a déjà multiplié les "tensions et frictions" contre le président. Lors de son déplacement à Rouen la veille, Manuel Valls a déjà prononcé une phrase lourde de sens et d'ambiguïté à l'endroit de François Hollande : "Chaque décision qui doit se prendre dans les jours qui viennent doit tenir compte du seul intérêt de la France, de la gauche et de sa famille politique". Adressée à toute la gauche, cette liberté que Valls a prise pourrait être interprétée dans tous les sens mais surtout pour Hollande comme une mise en garde contre sa velléité à se représenter pour un nouveau mandat, au détriment de l'ensemble de la gauche. D'autant que Manuel Valls affirme clairement qu'il "n'imagine pas manquer au rendez-vous" de 2017.

L'opportunité de la publication de ces informations ces dernières 24 heures a eu raison des humeurs de François Hollande de ce samedi à Antananarivo. Aucun des journalistes présents à Antananarivo n'a raté cette fermeture tendue sur son visage et les supputations circulent sur les prochaines réactions du président.

Comme une mauvaise nouvelle politique ne vient jamais seule, en attendant la confirmation de la victoire de Fillon au second tour de la primaire de la droite, le magazine Gala a publié le vendredi 25 novembre la consommation supposée de la séparation de François Hollande et de sa compagne, l'actrice Julie Gayet. La rédaction de Gala s'est empressé de supprimer cet article de son site, mais au nom de la com', encore une fois, le mal est fait.

Aucun commentaire:

N E W S