M a r c h é s

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center

Avec l'installation du Mining Business Center, Madagascar poursuit son effort d'industrialisation progressive du secteur minier. 


Par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie   


ANTANANARIVO - 03/09/2017 - Comme prévu, l'inauguration du tout premier centre d'affaires pour le secteur minier malgache a eu lieu à Antananarivo, marquant les esprits pile à la rentrée. Le Bureau des cadastres miniers de Madagascar (BCMM), qui tenait à la fois le rôle d'institution de régulation et de gestion des relations avec les investisseurs, a financé la construction du tout nouveau Mining Business Center. Le gouvernement de Madagascar poursuit ainsi son effort de contrôle et de régulation en appuyant ce secteur pourvoyeur des 14% des recettes fiscales en 2016.


Ying Vah Zafilahy, ministre malgache auprès de la Présidence chargé des Mines et du Pétrole, a insisté à la fin 2016 : "Jusqu'en 2013, beaucoup de particuliers ont obtenu des carreaux miniers pour presque rien et les revendent à des groupes étrangers au prix fort. C'est de la pure spéculation !". Cette période est désormais révolue car Madagascar veut passer tout le secteur minier par une période transitoire où le secteur devrait s'industrialiser progressivement. Les recettes fiscales provenant du secteur minier ont en effet progressé du simple au double, passées de 7,83% des recettes en 2011 à 14% en 2016. En septembre 2016, le secteur a fait entré à Madagascar 40% de 438 millions de dollars, volume total des investissements directs étrangers (IDE), et a constitué 30% des exportations.

Le Mining Business Center (MBC), inauguré par Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar, sera l'outil dédié à cette reprise en main du secteur minier par l'administration malgache. Des bâtiments neufs d'une totalité de 6.600m² implantés sur un terrain de 12.000m² à Mamory-Ivato, pas loin de l'aéroport International d'Ivato, ornent désormais cette commune périurbaine. Son coût total de 5,7 millions d'euros a été supporté intégralement par le BCMM. Le site du MBC est constitué de bureaux et de centres d'affaires, d'un hall d'exposition, d'un centre bancaire, d'un bureau de change, d'un centre commercial avec 32 unités de 12m² chacune dédiées aux opérateurs privés, d'un amphithéâtre de 1.000 places, d'une bibliothèque - cartothèque, et d'un musée des Mines. Le BCMM a voulu frappé fort pour accompagner les réformes de ce secteur sensible, où l'objectif annoncé est l'élimination des opérateurs informels. Le MBC va ainsi jouer le rôle de hub minier à Madagascar pour tous les opérateurs de toutes tailles.

Business

Océan Indien

Afrique

Tech#

Economie

Story

Story
Cette sud-africaine découvre que son image a été utilisée sur des publicités dans le monde entier à son insu.