M a r c h é s

L'Etat français se prononcera samedi sur la privatisation du groupe ADP


Les 50,6% d'ADP qui pourraient bientôt être cédés par l'Etat français sont valorisés à 8 milliards d'euros.



Par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie   


PARIS - 08/03/2018 - Le gouvernement français est sur le point de privatiser le groupe Aéroports de Paris (ADP). Il tiendra une réunion samedi prochain et se prononcera dans ce sens. Plusieurs candidats potentiels sont cités pour cette reprise des 50,6% détenus par l'Etat français dans le groupe.

Le groupe Aéroports de Paris (ADP) qui contrôle le hub de Roissy - Charles de Gaulle, l'aéroport d'Orly et et celui du Bourget, est sur le point d'être cédé par l'Etat français. Le Premier Ministre Edouard Philippe se prononcera sur ce point samedi prochain lors d'une réunion qu'il organisera. Les 50,6% détenus par l'Etat pourraient ainsi atterrir dans le privé, ce qui transfèrera la totalité des actifs d'ADP au futur acquéreur.

L'Etat a pourtant souhaité contrôler le foncier du groupe en cédant la concession sur 70 à 90 ans au futur repreneur. Cette cession est également conditionnée par la promulgation d'une loi après octobre 2018, qui permettra à l'Etat de descendre en dessous des 50% d'ADP. Ce projet de loi sera présentée au Conseil d'Etat le 16 mars, et en Conseil des Ministres le 18 avril. La privatisation effective pourrait prendre ainsi effet vers la fin de l'année 2018.

La valorisation actuelle des 50,6% détenus par l'Etat dans ADP est estimée à 8 milliards d'euros. La valorisation boursière du groupe atteint les 17 milliards d'euros, avec un cours qui a grimpé à 175,5 euros après une hausse de 6,11% mercredi dernier. Les observateurs du secteur prévoient une valorisation atteignant 25 milliards d'euros pendant cette opération de privatisation.

Plusieurs entités se sont déclarés pour reprendre les parts de l'Etat dans ADP. On cite notamment en favori le groupe Vinci Airports qui gère entre autres l'aéroport de Nice, GIP qui est propriétaire de l'aéroport d'Heathrow à Londres, le groupe espagnol Ferrovial, le groupe Macquarie et des investisseurs comme Predica (Crédit Agricole), le financier Ardian et La Caisse des Dépôts du Québec.

Il faut noter que les actifs d'ADP sur Roissy-CDG et Orly couvrent 6.600 hectares et le groupe détient en totalité 412 réserves foncières.

Océan Indien

Afrique

Economie

Tech#

Story

Story
Les médias étrangers révèlent les grosses fortunes malgaches

Dev