M a r c h é s

Costa Cruises : carton plein pour les vacances

Costa Cruises a vendu ses 80.000 places disponibles en croisières sur tous les océans pour les vacances. La destination Madagascar est en forte croissance


Par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie 


GÊNES - 23/09/2018 - La compagnie de croisières Costa Cruises, un leader mondial dans son secteur, annonce avoir vendu toutes les places en croisières pour les vacances de fin d'année. Les îles de l'Océan Indien et l'Asie, destinations en forte croissance, sont très demandées dans son catalogue de voyage 2018.

Costa Cruises est un groupe qui opère sur des destinations de croisières dans les quatre coins du monde : Méditerranée, les fjords norvégiens, l'Atlantique, l'Amérique du Sud et les Caraïbes, le Moyen-Orient, l'Océan Indien et l'Asie. Costa possède 14 bateaux qui opères sur 27 circuits planétaires.

Fondée en 1854, Costa a opéré dans le cargo pour transporter de l'huile d'olives et des produits textiles entre la Sardaigne et la Ligurie, en Italie. La compagnie a commencé sa transformation après la seconde guerre mondiale, en transportant des passagers depuis 1947, en ayant choisi son port d'attache à Gênes. En 2000, Costa Cruises a été acquis par Carnival Group, ce dernier ayant fusionné avec P&O Princess, ce qui a conféré à Costa Cruises sa position de leader mondial des croisières. A part Costa Cruises, Carnival Group possède deux autres filiales : Aïda Cruises et Iberio Cruises qui a été créée en joint-venture avec Orizonia Group.

Les destinations figurant dans le catalogue de Costa Cruises sont segmentées suivant des demandes claires : les Italiens, les français et les espagnols pour le Moyen-Orient, l'Océan Indien et l'Asie ; les autrichiens et les français pour les Caraïbes ; les européens en général pour la Mer du Nord et les fjords de Norvège et la Méditerranées...

Madagascar a été intégré dans le catalogue de Costa Cruises depuis la création du Port d'Ehoala à Fort-Dauphin, l'amélioration du Grand Port de Tamatave et le boom de la destination Nosy-Be et Diego-Suarez. La Grande Île fait ainsi partie de l'itinéraire Océan Indien avec les Seychelles, la Réunion, et les îles Maldives et Maurice. Selon les statistiques de 2018, Madagascar bénéficie d'une recette d'environ 200.000 euros par toucher de bateau de croisière dans l'un de ses ports, avec un minimum d'une cinquantaine de touchers prévus par an à Madagascar, dont 2 escales d'Aïda attendues au Port d'Ehoala Fort-Dauphin en janvier 2019. Ce chiffre tend vers une amélioration car la durée actuelle d'une escale ne dépasse pas les 24 heures, alors que les demandes se font de plus en plus pressantes pour des circuits touristiques et des séjours en hôtels à Fort-Dauphin, à Diego-Suarez et à Nosy-Be. L'amélioration des standards hôteliers de la Grande Île pourra satisfaire à moyen terme ces demandes.

Costa Cruises annonce que si la majorité des demandes est dans le segment de croisières de 7 jours, le segment "Grand Voyage" avec une découverte d'île par jour connait une croissance régulière. Le groupe prépare pour janvier 2019 une croisière de 112 jours au départ de Venise pour les cinq continents à travers 43 ports.

Business

Océan Indien

Afrique

Economie

Tech#

Inside

Inside
Loin d'être réduite, la présence militaire américaine en Afrique est toujours aussi importante qu'avant l'ère Trump