vendredi 23 avril 2010

TRANSPORT

CMA CGM se refait un nom



La compagnie maritime CMA CGM poursuit son effort de consolidation des volumes dans les ports des îles de la région dont ceux de Madagascar. Depuis l’année dernière, la CMA CGM a renforcé son positionnement dans la zone en nommant un représentant régional basé à La Réunion. Le nouveau nommé est chargé de renforcer les relations de la compagnie avec les importateurs et les exportateurs opérant dans la région. L’escale que la CMA CGM effectue chaque semaine à Mayotte lui permet par ailleurs de desservir le Nord Ouest de Madagascar grâce à un navire feeder qu’elle met en place entre Longoni, Diego Suarez, Nosy Be et Mahajanga. La compagnie annonce aussi avoir amélioré depuis quelques mois ses offres de transport vers l’Océan Indien depuis l’Asie. Rappelons que Delmas, filiale du groupe, a ouvert depuis 2008 un service hebdomadaire dédié à la desserte des îles de l'Océan Indien. Baptisé Mascareignes Express, il aligne, au
départ de Djibouti, quatre navires d'une capacité de 1700 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). La ligne offre des escales hebdomadaires à Port Victoria (Seychelles), Port des Galets (La Réunion), Port Louis (Maurice), Toamasina (Madagascar) et Longoni (Mayotte). Le service relie le Nord de l’Europe et la Méditerranée à l'Océan Indien grâce à des connections directes hebdomadaires à Djibouti sur les lignes EPIC (Europe, Pakistan, Inde) et MEX (Méditerranée, Asie) du groupe. Au départ de l’Europe, les conteneurs sont chargés à bord des navires de la ligne EPIC desservant Southampton, Hambourg, Anvers, Le Havre, Port Saïd et Djibouti. Au départ de la Méditerranée, les boites sont quant à elles embarquées sur les porte-conteneurs de la ligne MEX, desservant Valence, Barcelone, Fos, Gênes, Malte, Damiette et Djibouti.


A Madagascar, le Groupe est bien positionné sur le marché. Mais il doit se refaire une image depuis que des ONG ont accusé sa filiale Delmas de faciliter la destruction de la forêt tropicale en transportant les bois précieux comme le bois de rose abattu illégalement dans les parcs nationaux malgaches. Une accusation que CMA CGM a formellement démentie en affirmant que le Groupe réalise l’ensemble du chargement des marchandises qu’il transporte dans le plus strict respect des réglementations nationales et internationales. CMA CGM a en outre fait savoir qu’afin de se prévenir de tout chargement illégal la transporteur maritime a également, à son initiative, mis en place des procédures renforcées supplémentaires à Madagascar (triple vérification des documents et du chargement : deux contrôles par les douanes et un contrôle par la Task Force environnementale). Aussi, CMA CGM et sa filiale Delmas ne chargeraient à bord de leurs navires que du bois ayant fait l’objet d’autorisations émises par les plus hautes instances gouvernementales ainsi que de vérification et de validation pour l’exportation par les services des douanes et de la Task Force.

Aucun commentaire:

I M M E R S I O N

Vinci consulte des fonds canadiens pour augmenter ses parts dans Aéroports de Paris

Vinci confirme ses intérêts pour augmenter ses parts (8%) dans ADP. Par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie | Boursora...