mardi 8 février 2011

Coopérations


Le Japon aidera Madagascar à doubler sa production de riz


article : Antsa Ramaroson

Le Japon montre sa volonté d’accompagner les pays pauvres d’Afrique dans leur processus de développement. A la fin du mois de janvier dernier, l’agence japonaise pour la coopération internationale JICA a annoncé que le Japon veut faire doubler la production de riz dans les pays de l’Afrique, y compris Madagascar. Cet objectif tient du programme japonais « Coalition pour le développement du riz en Afrique ». Le Japon, considéré comme l’un des quatre dragons de l’Asie veut alors former 100.000 enseignants africains d’ici 2013 afin de porter la production du riz dans le continent africain à 28 millions de tonnes s’il n’est actuellement que de 14 millions de tonnes. Ces formations concerneront aussi les mathématiques et les sciences, et elles sont inscrites dans le cadre du programme intitulé « Pays-tiers ». Jusqu’ici, 20 enseignants de huit pays africains francophones ont reçu leur diplôme après trois semaines de formation en management de la qualité dans les institutions de formation en santé, à l’école nationale de développement sanitaire et social.

Des formations pour une meilleure productivité

A Madagascar, la JICA a offert une formation axée sur la réalisation de travaux d’aménagement et d’installation de fournitures et matériels agricoles. La formation a été effectuée à l’Extension et Equipement du Centre de Formation et d’Application du Machinisme Agricole à Antsirabe et quelques apprentis ont bénéficié d’une période de stage au Japon. Cependant, la JICA a affirmé que ces stagiaires pourront appliquer leurs acquis et apporter un changement sur la culture du riz à Madagascar, pour atteindre l’objectif de la coalition pour le développement du riz en Afrique. Par ailleurs, la JICA a mentionné que l’utilisation des matériels mécaniques agricoles est vivement sollicitée pour avoir une production efficiente.

Contribuer aux OMD

Dans ces aides pour le développement, la JICA a indiqué que le Japon vise à contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement, notamment la vision des gouvernements de la sous-région, à l’horizon 2015. Les éléments cités de ces objectifs sont la prise en charge de l’amélioration du bien-être des populations par l’augmentation de la production et de la réduction de la pauvreté dans le contexte de la bonne gouvernance et de la promotion de l’état de santé des populations.

Bonne coopération depuis 2003

Rappelons que la JICA a œuvré pour le développement économique à Madagascar depuis 2003. Plusieurs secteurs ont déjà bénéficié de ses programmes à l’exemple de l’eau et l’assainissement, l’éducation, le secteur minier et l’environnement. Cette fois ci, la production rizicole de la Grande Ile est l’élue. Il faut noter que le riz tient une place très importante dans l’économie malgache, surtout dans la consommation. En outre, cette filière concerne une des plus importantes activités de la JICA sur les hautes terres de Madagascar. Il faut noter que ce projet de coopération technique durera cinq ans. Il a débuté depuis le mois de janvier 2009 et se terminera en janvier 2014. Selon le bureau de la JICA, ce projet est une stratégie proposée par l’alliance pour une révolution verte en Afrique et la JICA, destinée à promouvoir un réseau international pour assister les pays africains à développer la production de riz par une harmonisation des initiatives, politiques et programmes agricoles africains déjà existants. En outre, ce bureau a mentionné que la première phase de ce programme va concerner Madagascar, Ouganda, le Ghana, le Cameroun, la Guinée, le Kenya, la Sierra Leone, le Sénégal, la Tanzanie, le Nigeria, le Mali et le Mozambique.

Aucun commentaire:

N E W S

Mozambique : l'île Maurice va exploiter des terres mises en concession en 1999

Mozambique : l'île Maurice va exploiter des terres mises en concession en 1999
L'usine de sucre de Maragra Açucar, non loin de Maputo et appartenant à l'Associated British Foods, pourrait être le premier client des futures activités mauriciennes en terres mozambicaines.

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Aéroports d'Ivato et de Nosy-Be : les rôles de Meridiam Africa, Investec Asset Management et l'EAIF

Aéroports d'Ivato et de Nosy-Be : les rôles de Meridiam Africa, Investec Asset Management et l'EAIF
Avec Nazmeera Moola (Investec Asset Management) et David White (EAIF), les experts et les négociateurs de Meridiam, du groupe ADP, du groupe Bouygues ont engagé des années de négociations pour réaliser les projets de Ravinala Airports.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives