mercredi 22 mai 2013

Avec Fascène en catégorie D, Nosy Be renforce son attraction dans le tourisme

Nosy Be tient son statut de principale destination touristique de Madagascar avec une peu plus de 61.000 en 2010 et 63.000 touristes répertoriés en 2011, des records. En outre, l'emploi sur l'île est orienté vers le tourisme avec 3.123 emplois liés directement aux hôtels, restaurants et gîtes installés sur Nosy Be.

par Tsirisoa Rakotondravoavy


L'aéroport de Nosy Be est passé par des mois de travaux pour être rénové et pour pouvoir accueillir des appareils de plus grande capacité. Après l'inauguration du 18 mai dernier par le président de la Transition Andry Rajoelina, les Boeing 777 et Airbus A340 peuvent atterrir à Nosy Be après le rallongement de la piste à 2230m. Etant un aéroport international, en relation avec Johannesbourg, Moroni, ou Saint-Denis (la Réunion), l'aéroport de Fascène ne pouvait plus se permettre de garder son ancienne capacité.

Les appareils de 350 à 400 passagers sont maintenant courants dans les aéroports de la taille de Fascène, qui passe en catégorie D (voir en bas de l'article un extrait des classifications ITAC et OACI), d'autant que depuis son attribution de statut d'aéroport international, toutes les infrastructures hôtelières de Nosy Be s'y prêtaient, le nombre de chambres disponibles sur l'île étant de 1.086 dans les établissements formels et 542 dans des petites infrastructures d'hébergement. Nosy Be tient son statut de principale destination touristique de Madagascar avec une peu plus de 61.000 en 2010 et 63.000 touristes répertoriés en 2011, des records.


En outre, l'emploi sur l'île est orienté vers le tourisme avec 3.123 emplois liés directement aux hôtels, restaurants et gîtes installés sur Nosy Be. Selon Jean Germain Andrianiaina, directeur technique de l'Aéroport de Madagascar (ADEMA), l'aéroport de Fascène Nosy Be ambitionne de pouvoir accueillir les gros porteurs comme l'Airbus A380 dans un avenir proche. Cette tranche de travaux nécessite une piste rallongée de 750m et plus épaisse de 10cm par rapport à celle qui était livrée sur la première tranche de rénovation qui coûtait à l'Etat malgache 5,3 milliards d'ariary, dont les 30% étaient financés par l'ADEMA.

Extrait des classifications ITAC et OACI :

Suivant leurs caractéristiques (CAC R.222.5)
Les aérodromes terrestres ouverts à la CAP sont classés dans 5 catégories, suivant la longueur d’étape et l’accessibilité :
• A : transports longs courriers (étapes > 3000 km)
• B : transports moyens courriers (entre les 2) ;
• C : courts courriers (étapes < 1000 km) et grand tourisme ;
• D : formation aéronautique, sports aériens et tourisme ;
• E : giravions, ADAV, ADAOblique (aérodromes à caractéristiques spéciales).
Les hydrobases se divisent aussi en 3 catégories : A (longs courriers), B (moyens courriers) et C (court courriers et tourisme).
Subdivision en classes (ancienne classification de l’ITAC)
Il est apparu nécessaire d’adopter les classes d’aérodrome (A, B, C1, C2, D1, D2, D3) en rajoutant parfois un chiffre à la catégorie pour tenir
compte des particularités de trafic (trafic type et avion type).
Ces classes servent de base aux normes techniques des aménagement et équipement.
• classe A et B : respectivement aérodromes de catégorie A et B ;
• classe C2 : aérodromes de catégorie C destinés aux lignes à grand et moyen trafic (une ligne avec au moins 15 000 pax annuels) ;
• classe C1 : aérodromes de catégorie C destinés à l’aviation de voyage et aux lignes de faible trafic ;
• classe D3 : aérodromes de catégorie D pouvant être normalement utilisés en toutes circonstances ;
• classe D2 : aérodromes de catégorie D destinés à certains services à courtes distances non réguliers (outre-mer principalement) ;
• classe D1 : aérodromes de catégorie D destinés à l’aviation légère.
Les aérodromes de classe A, B, C1, C2 et D3 doivent pouvoir être équipés d’un ILS.
Les altiports sont de catégorie et de classe C ou D (sans la subdivision C1-C2-D1-D2-D3).
Les aérodromes destinés aux hélicoptères se divisent en 3 classes :
• classe E1 : héliports exploités avec prise de vitesse horizontale,
• classe E2 : héliports exploités avec prise de vitesse oblique
• classe E3 : autres hélistations.
Classification OACI
Nouvelle classification recommandée par l’OACI depuis 1982 et adoptée par l’ITAC pour la conception des nouveaux aérodromes.
• Élément de code 1 = chiffre de code : de 1 à 4
􀃆 tient compte de la distance de référence de l’avion (longueur de piste nécessaire au décollage à masse maximale) ;
• Élément de code 2 = lettre de code : de A à E
􀃆 tient compte de l’envergure de l’avion et de la largeur du train principal

Aucun commentaire:

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives