jeudi 1 décembre 2016

OPEP : premier accord de limitation depuis la crise financière de 2008

Le nigérian Mohammed Barkindo, secrétaire général de l'OPEP (Infographie / photo : AFP)



Journal de l'Economie | Tsirisoa Rakotondravoavy


ANTANANARIVO 26/11/2016 - L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a conclu un accord qualifié d'historique. La conférence de l'OPEP, dirigée par le qatari Mohammed Saleh Al Sada et son secrétaire général, le nigérian Mohammed Barkindo, a communiqué le 30 novembre l'accord signé à Vienne, en Autriche, entre les 14 Etats membres sur la limitation de la production de pétrole. Cette limitation est sensée ramener rapidement à la hausse le cours du pétrole, trainant à moins de 50 dollars le baril depuis deux ans. Cet accord devrait permettre aux producteurs et aux marchés de compter sur la hausse du baril, déjà constatée à 9,31% quelques heures après l'annonce sur le New York Mercantile Exchange ramenant le baril de brut à 49,44 dollars. Dans la même foulée, le baril de la Mer du Nord (Brent) à Londres est passé à 50,10 dollars, avec une hausse de 3,72 dollars par rapport à la clôture du mardi 21 novembre.

Mohammed Saleh Al Sada, ministre de l'Energie du Qatar, a émis sa satisfaction sur cette diminution de la production des pays de l'OPEP à "1,2 millions de barils par jour, pour porter son plafond de production à 32,5 millions de barils par jour". L'OPEP s'engage ainsi à partir du début de l'année 2017 à réduire le stock mondial avec cette limitation de la production des Etats membres. Il faut noter que l'organisation se trouvait encore à une moyenne de production de 33,64 millions de barils par jour en octobre.

Infographie : AFP

La Russie, grand pays producteur de pétrole mais non-membre, s'est également engagé à réduire sa production de 300.000 barils par jour.Ce qui a ramené beaucoup d'optimisme sur le marché, alors que ce pays est encore sous embargo politique imposé par l'Union européenne. Contrairement à l'Iran, grand gagnant de cet accord, qui est autorisé à augmenter sa production de 90.000 barils à 3,8 millions de barils par jour. La Libye et le Nigéria devrait également profiter de l'accord de Vienne car ils sont exemptés de cette limitation de production imposée décidée par l'OPEP. 

Il faut noter que le géant mondial du secteur, l'Arabie Saoudite, avait demandé de l'Irak, second producteur mondial, et de l'Iran, troisième producteur, de limiter leur exportation lors de cette réunion. L'Arabie Saoudite a finalement consenti à accepter l'exclusion de l'Iran de cette limitation de production. L'Indonésie quant à elle a refusé la limitation de production et s'est vue son adhésion à l'OPEP gelée jusqu'à nouvel ordre.

Aucun commentaire:

N E W S