mercredi 18 janvier 2017

Forum économique mondial 2017 : réformer le capitalisme pour moins d'inégalités

Les participants au forum de Davos 2017 auront à répondre à des défis sans précédent, ramenant à réformer le capitalisme


Journal de l'Economie | Tsirisoa Rakotondravoavy

DAVOS - 18/01/2017 - Le Forum économique mondial (World Economic Forum - WEF) a ouvert ses portes hier à Davos. L'édition 2017 connait une certaine fébrilité car des événements inédits qui menacent l'économie mondiale ont survenu en 2016. Le monde assiste à une montée du populisme anti-establishment dans plusieurs pays notamment aux Etats-Unis et en Europe. Cette situation ne présage rien de bon car la carte géopolitique, elle aussi, a glissé vers une nouvelle polarisation des forces. Un rapport annuel sur les risques (Global risks report), le 12è, a été publié par des experts économiques, des universités et des ONG. Ce rapport fait état d'une énorme fracture sociale et de l'affaiblissement sans précédent de la solidarité à venir. En cause, les auteurs du rapport pointent du doigt la polarisation vers l'extrême des politiques, la vague du populisme et la crise des migrants, dont les pays riches peinent à apporter des solutions valables pour les toutes les parties.


Tout un symbole, Xi Jinping, le premier président chinois à participer à ce forum de Davos, a rencontré son fondateur, le professeur Klaus Schwab. Ils ont discuté de l'avenir économique mondial, mais aussi des problèmes politiques actuels dont la Chine aura un rôle prépondérant à jouer dans les années à venir. C'est la légitimité même du système économique mondial qui est remise en cause avec des événements comme le Brexit dont Theresa May vient de confirmer le retrait total du Royaume-Uni, et l'arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis qui pourrait changer profondément les rapports géopolitiques basés sur les alliances à l'instar de l'OTAN.

Les auteurs du rapport sur les risques ont recommandé la reconnaissance des questions identitaires mais à repenser le capitalisme et à renforcer les soutiens à la croissance économique globale. Ces recommandations risquent pourtant de ne pas faire écho quand on connait le nombre d'élections présidentielles et législatives qui auront lieu en Europe où le populisme est la seule réponse des politiciens face aux défis et problématiques économiques et politiques contemporains : décroissance, immigration, effondrement des ressources et réchauffement climatique. 

http://reports.weforum.org/global-risks-2017/global-risks-landscape-2017/#risks///

Aucun commentaire:

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives