Afrique - énergie : le vent en poupe pour les renouvelables


La transition énergétique est en marche, et les investissements dans les renouvelables sont en hausse, dans le monde entier. Cette transition impose une décentralisation de la production d’énergie, afin de donner l’avantage aux renouvelables. Aux quatre coins du monde, des initiatives visent à augmenter la part de renouvelables dans le mix électrique de la planète. Deux pays africains, entre autres, misent à fond sur cette transition énergétique : Madagascar et la Tunisie.





Tunisie : 27 projets d'électricité en autoconsommation





Les autorités tunisiennes ont donné leur feu vert à 27 projets de production d’électricité renouvelable en autoconsommation, portés par des entreprises privées ou des organismes publics.





Ces différents projets seront raccordés au réseau moyenne et haute tension afin qu’ils puissent y injecter le surplus d’électricité produite. La plupart de ces unités seront des centrales photovoltaïques de petite ou moyenne taille avec une production estimée entre 100 et 400 kWc.





Madagascar : à fond dans le solaire et l'hydroélectricité





Madagascar renforce de son côté sa volonté de développer l’électrification du pays à partir des renouvelables, car seuls 15% de la population sont raccordés au réseau public. Mada Green Power vient ainsi de commencer les travaux d’une centrale solaire hybride de 17 MW à Andranotakatra, dans le district de Mahajanga (nord-ouest), tandis que l’énergéticien Oursun Green Power a annoncé qu’il allait construire trois centrales photovoltaïques sur des toits d'immeubles de la capitale, pour une puissance cumulée de 11 MWc.





La Grande Île est également en attente de deux constructions d'infrastructures importantes dans l'hydroélectricité.





Il s'agit du barrage hydroélectrique de Sahofika, développé par le consortium Neho (Nouvelle énergie hydroélectrique d'Onive) regroupant Themis (fonds d'investissement pour l'Afrique basé au Maroc), le groupe de BTP Eiffage (France), Eranove (plateforme panafricaine de gestion de services publics), avec le bureau d'études HIER (Madagascar) . Le barrage qui sera construit à 100km au sud-est d'Antananarivo, sur la rivière Onive, produira pour la compagnie nationale Jirama, sur le réseau interconnecté de la capitale, 1.650 GWh d'électricité propre par an, avec une puissance installée de 200MW.





Le second projet, en attente de début de développement, est la centrale hydroélectrique de Volobe, dans la région Atsinanana (Est de Madagascar), développée par la CGVH (Compagnie Générale d'Hydroélectricité de Volobe) regroupant Jovena (groupe Axian), SNPower et Africa50 (de la Banque Africaine de Développement - BAD). La centrale produira 750 GWh par an avec une puissance de 120 MW.





Retour d'expériences des biomasses et déchets : l'exemple de la Thaïlande





La Thaïlande a également le même objectif, avec le plan “Energy for All”, validé en 2019 par le gouvernement, en annonçant le lancement pour 2021 d’un vaste projet de construction de centrales biomasse renouvelable. Ces centrales fonctionneront avec 25% de déchets agricoles et 75% d’un mélange de végétaux issus de plantations renouvelables et de résidus solides des eaux usées.





LMR


Enregistrer un commentaire

0 Commentaires