lundi 14 février 2011

ECONOMIE


La Chine dans les rétroviseurs des Etats-Unis

article de Tsirisoa Rakotondravoavy


Après la publication des résultats du PIB 2010 du Japon à 5474 milliards de dollars, la Chine avec un PIB de 5878 milliards de dollars (plus de 1,3 milliard d'habitants) prend la deuxième place des puissances économiques mondiales juste derrière les Etats-Unis, 14.624 milliards de dollars de PIB. Les réformes lancées par Deng Xiao Ping, leader chinois en 1978 avec la création de zones économiques spéciales comme à Shenzhen ou le Delta des Perles ont payé et l'économie socialiste de marché mise en place tire comme une locomotive toute l'économie chinoise avec une moyenne de plus de 10% de croissance annuelle depuis. Les régions de Shanghai, de Hong Kong et toutes les zones économiques spéciales représentent 62% du PIB chinois, 86% des investissements étrangers et 93% des exportations chinoises. Ainsi toute la partie ouest de la Chine ne représente que 6% du PIB peut être considérée comme en retard sur les locomotives de l'Est et du Sud-Est et les cotes.

Des observateurs tiennent pourtant à rappeler que suivant l'IDH comparé à celui du Japon, celui-ci devrait devancer encore la Chine, d'autant que les médias et le gouvernement chinois n'ont pas fait grand cas de ce rang qu'ils ont prévu il y a quelques mois. Peut-être pour "ne pas réveiller l'arrogance de l'Occident", selon des spécialistes de la politique contemporaine chinoise.

"C'est surtout une place symbolique que d'être juste derrière les Etats-Unis", observe un économiste de BNP Paribas à Pékin. Selon d'autres observateurs, les entreprises chinoises peuvent être considérées comme bénéficiaires à grande majorité de subventions de l'Etat. "Mais justement, qui n'a pas eu affaires à la subvention des Etats depuis la récession de 2009?", rétorquent d'autres économistes qui prônent le retour de "l'Etat dans l'économie" mais à "une proportion mesurée". Reste à trouver une entente sur cette mesure.


Aucun commentaire:

N E W S

Mozambique : l'île Maurice va exploiter des terres mises en concession en 1999

Mozambique : l'île Maurice va exploiter des terres mises en concession en 1999
L'usine de sucre de Maragra Açucar, non loin de Maputo et appartenant à l'Associated British Foods, pourrait être le premier client des futures activités mauriciennes en terres mozambicaines.

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Aéroports d'Ivato et de Nosy-Be : les rôles de Meridiam Africa, Investec Asset Management et l'EAIF

Aéroports d'Ivato et de Nosy-Be : les rôles de Meridiam Africa, Investec Asset Management et l'EAIF
Avec Nazmeera Moola (Investec Asset Management) et David White (EAIF), les experts et les négociateurs de Meridiam, du groupe ADP, du groupe Bouygues ont engagé des années de négociations pour réaliser les projets de Ravinala Airports.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives