vendredi 16 juin 2017

Le groupe Eni SpA a investi 7 milliards de dollars dans le gaz au Mozambique

Malgré les problèmes de la dette du Mozambique, Claudio Descalzi, Pdg d'Eni SpA croit en son investissement dans le GNL de Coral South .


par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie


MAPUTO- 15/06/2017 - Claudio Descalzi, Pdg d'Eni SpA, dirige un groupe qui fait partie des producteurs de pétrole qui ont vu leurs bénéfices s'effondrer suivant la baisse du marché. Mais Eni SpA a réagi sur un autre secteur, le gaz naturel liquéfié (GNL) au Mozambique. Le groupe est actuellement à la tête d'un consortium qui vient de signer un investissement de 7 milliards de dollars dans un projet d'exportation de gaz naturel au large du Mozambique.

Le président du pays, Filipe Nyusi et Claudio Descalzi ont participé jeudi à une cérémonie organisée à Maputo, pour lancer formellement le projet de GNL de Coral South. Une fois construite, l'usine flottante d'une capacité d'environ 3,4 millions de tonnes par an tirera du gaz du bassin de Rovuma, où Eni a réalisé sa première découverte majeure au Mozambique en 2011. "Nous allons enfin transformer cette ressource en argent. Nous espérons que cela nous aidera à ramener l'économie aux performances de la dernière décennie", a déclaré Filipe Nyusi.

Cette décision d'investissement pourrait relancer le développement des ressources au Mozambique, l'un des pays les plus pauvres du monde. Ce pays a en outre lutté contre une crise de la dette quand il a échoué à effectuer un paiement d'intérêt sur l'Eurobond en janvier, devenant ainsi le premier pays africain à y faire défaut depuis six ans.

"C'est une très bonne nouvelle pour le gouvernement du Mozambique", a déclaré Alasdair Reid, responsable de recherche pour l'Afrique australe et orientale à Wood Mackenzie. "Cela démontre que, malgré les problèmes de crédit en cours, il y a encore assez de confiance dans le climat d'investissement pour que les partenaires avancent les projets".

BP Plc (British Petroleum) a conclu un contrat de 20 ans pour acheter toute la production de GNL de l'usine de Coral South, développée par Eni en collaboration avec Galp Energia SGPS SA, Korea Gas Corp. et l'entreprise nationale de Hidrocarbonetos du Mozambique. Le groupe a ratifié la décision finale d'investissement, a déclaré Galp Energia.

Exxon Mobil a déclaré en mars qu'il achèterait la moitié de la participation d'Eni dans la zone 4, au large du nord du Mozambique. Alors que Eni continuera à exploiter le projet de GNL flottant de Coral South et tous les puits et pipelines sous-marins dans le bloc, Exxon dirigera la construction et l'exploitation des installations de liquéfaction terrestres.

Alors que la situation de la dette du Mozambique n'affectera pas le projet de Coral South, "le risque est réel pour le projet onshore, qui n'a pas encore obtenu le financement du projet auprès des banques commerciales", a déclaré Charles Swabey, analyste en pétrole et gaz chez BMI Research. "Les principaux problèmes auxquels est confronté le projet onshore sont plus importants : pourparlers pour garantir des contrats à long terme sur un marché surchargé et négociations tardives avec le Mozambique", a-t-il averti.

"Le groupe Eni SpA a obtenu un financement de 6 milliards de dollars auprès de 15 banques", a déclaré Descalzi lors de la cérémonie de signature. Le montant restant sera financé par les actionnaires. Le contrat de construction de l'unité flottante de GNL a été attribué à l'entreprise TJS qui comprend Technip SA, JGC Corp. et Samsung Electronics Co. La première production de gaz est attendue en 2022.

Aucun commentaire:

N E W S