M a r c h é s

Vinci consulte des fonds canadiens pour augmenter ses parts dans Aéroports de Paris

Vinci confirme ses intérêts pour augmenter ses parts (8%) dans ADP.


Par Tsirisoa Rakotondravoavy | Journal de l'Economie | Boursorama


PARIS - 16/06/2018 - Le groupe français Vinci est entré en contact avec des fonds de pensions canadiens en vue de se préparer à la cession des parts de l'Etat dans Aéroports de Paris (ADP). Cette cession pourrait être effective au premier trimestre 2019, au plutôt.



Le projet de loi "Pacte" sera présenté lundi prochain en Conseil des ministres, et à l'Assemblée nationale française au plutôt en fin 2018. Cette permettra à l'Etat français, actionnaire du groupe ADP à 50;63%, de descendre en dessous des 50% et de rendre effective la privatisation du groupe.

Le groupe Vinci (BTP et concessions); détenant 8% d'ADP à travers sa filiale Vinci Airports, a suivi ce dossier depuis les premières annonces de privatisation et n'a pas caché son souhait d'augmenter ses parts. Selon l'agence Reuters, Vinci serait entré en discussion avec les fonds Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB), Ontario Municipal Employees Retirement System (OMERS) et Ontario Teachers' Pension Plan (OTPP), pour former un consortium et faire une offre commune pour acquérir des parts d'ADP. 

Depuis l'annonce de la privatisation d'ADP, d'autres entités comme le britannique GIP (Global Infrastructure Partners) qui gère l'aéroport de Heathrow à Londres, ou le groupe australien Macquarie, se sont positionnés officieusement pour reprendre les parts cédées par l'Etat. Des fonds américaines et du Moyen-Orient seraient également intéressés par ces actifs.

La capitalisation boursière d'ADP s'élève actuellement à 19,1 milliards d'euros, après un gain de 10% à la Bourse de Paris cette semaine.

Océan Indien

Afrique

Economie

Tech#

Story

Story
Les médias étrangers révèlent les grosses fortunes malgaches

Dev