mardi 31 mai 2011

TRANSPORT AERIEN


South African Airlines lorgne sur Madagascar



La grande compagnie sud africaine South African Airlines, membre du puissant réseau de compagnie Star Alliance, compte ouvrir les négociations sur des futurs accords bilatéraux avec Madagascar pour l'ouverture de lignes sur la Grande Ile. Cette intention a été officialisée par la compagnie South African Airlines sur son plan de développement dévoilé à la presse spécialisée. Cette ouverture touchera, outre Madagascar, la République du Congo, le Burundi et le Nigéria. Un renforcement de sa présence en Ouganda et au Kenya fera aussi partie de cette opération. La compagnie low cost Mango appartenant à South African Airlines pourrait aussi être le grand bénéficiaire de ce développement.

Cette nouvelle tombe très mal pour la compagnie Air Madagascar qui opère sur Johannesburg et qui est, comme on le sait, frappée par l'Iata d'interdiction de vols sur l'Europe avec ses Boeing 767, et l'interdiction d'émission de billets à travers le BSP (Billing and Settlement Plan).

lundi 30 mai 2011

INTERNATIONAL


Ouverture de la Foire Internationale d'Alger 2011



La Foire Internationale de Madagascar vient de fermer les rideaux, forte de ses 400 participants. Et celle d'Alger, qui se nomme Foire Internationale d'Alger vient de lui emboiter le pas. Cette foire a pris pour thème "L'investissement, moteur du développement". C'est une grande foire de rencontres économiques dans laquelle 33 pays dont l'Inde, le Pakistan, Madagascar et 565 firmes seront présents durant les 6 jours d'ouverture, du 1er au 6 juin. L'invité d'honneur de cette foire est la Turquie, un pays avec une croissance modèle dont rêve tous les pays du Maghreb et d'Afrique. Notons que la même Turquie est le premier pays à appuyer ouvertement le gouvernement de Transition à Madagascar en l'aidant à bénéficier de tous les appuis possibles lors du Sommet des PMA d'Istanbul. Turquie, Chine, Russie, Brésil, les pays émergents qui tirent actuellement la croissance mondiale et qui comptent avoir leurs parts dans les ressources énergétiques dont ils auront à s'entredéchirer avec l'Occident dans un futur proche. Les échanges entre l'Algérie et la Turquie se chiffrent à plus de 4 milliards de dollar.

mercredi 25 mai 2011

COOPERATIONS


L'Inde en embuscade sur Madagascar



Avec quelques 20.000 indiens et indo-pakistanais installés à Madagascar, dont certains depuis plusieurs générations, l'Inde prend une importance dans la carte économique malgache. Certains n'ont que des attaches affectives avec leur pays d'origine et seuls 10% d'entre eux possèdent le passeport indien. Ils ont cohabité avec les malgaches à travers leurs investissement dans le pays dans plusieurs secteurs : commerce, industrie, distributions spécialisées, ... Ainsi de grandes familles ont émergé du lot avec leurs grands groupes : Sipromad, Socota, Unima, ... Ces familles possèdent des capitaux dans des secteurs très variés mais suffisamment importants pour qu'ils détiennent une influence énorme sur la politique économique du pays selon leurs affinités avec le pouvoir en place.

Mais les nouveaux venus se sont fait une place dans la carte économique malgache. Ce sont généralement de puissants groupes indiens qui n'ont pas hésité à investir dans des secteurs porteurs très précis : Essar et Jindal (mines et pétroles), Varun (agriculture), Bharti (télécommunications), ...

Usine du groupe Essar à Hazira, Inde

Malgré le manque de stabilité politique qui prévaut dans le pays depuis 2008, et surtout l'hésitation de la communauté internationale, position adoptée aussi par le gouvernement indien, ces groupes se sont discrètement installés et attendent, à l'instar de Varun, le premier signe d'ouverture des pays étrangers sur l'administration malgache en place pour démarrer leur production. La croissance indienne est prévue avoisiner les 9%.

lundi 23 mai 2011

TELECOMMUNICATIONS

Bharti prépare un investissement de 3 milliards de dollar

Bharti, la société mère de Airtel planifie un investissement de 3 milliards de dollar pour les mois qui viennent. Ce grand groupe indien a fait savoir à travers les déclarations de Manil Jhangiani, dirigeant de Bharti Enterprises, que le groupe planche sur un investissement de 1,5 milliards de dollar sur l'Inde et toute l'Asie du Sud. Cette partie du continent asiatique constitue la plus grande réserve de clients et d'abonnés pour cette compagnie, répartis dans 43 pays et 500 villes à la fin de 2011. Une autre partie chiffrée à 1 milliard de dollar sera affectée aux sociétés que Bharti a acquises en Afrique, ainsi que du projet de développement de ses réseaux et services 3G au Kénya, Congo, Sierra Leone et à Madagascar. La grande île bénéficiera justement d'un projet d'acquisition future par Bharti d'une licence 3G mobile.

Manik Jhangiani, cfo Bharti Enterprises.

400 millions de dollar d'investissement supplémentaires seront destinés aux entretiens et extensions d'infrastructures sur les sites appartenant à Bharti sur les deux continents.

DEVELOPPEMENT DURABLE

SMCTR, filiale de DRT France a droit de gemmage de pins sur 10.000ha à Moramanga

Le droit d'usage de dix ans obtenu en 2007 par SMCTR Société Malgache de Collecte et de Transformation de la Résine a permis à cette société de gérer et d'appliquer le gemmage sur 10.000ha de pins à Moramanga. Cette zone de 120km sur 25km gérée auparavant par la société Fanalamanga sert à SMCTR, filiale de DRT Dérivés Résiniques et Terpéniques de France, à faire face à la déforestation massive de la forêt de l'Est de Madagascar. Cette action a déjà été mise en oeuvre depuis les années 1970 mais maintenant que Stéphane Mazars, chargé du développement de SMCTR, a révélé que 70.000ha donnaient régulièrement de la résine dans cette zone forestière de Madagascar.

Stéphane Mazars, SMCTR Madagascar

Cette forêt était destinée à la papeterie, puis aux bois d'oeuvre avant de connaitre l'actuel cycle de restabilisation des sols. Commençant avec 25 salariés en 2007, la société emploie actuellement près de 500 salariés et compte revaloriser les ressources naturelles de cette région. Chaque ouvrier travaille sur 750 arbres par jour et chaque arbre produit 1.000 à 2.500 grammes de gemme par an. L'ingéniosité des malgaches a permis de ne pas "blesser" les arbres avec des clous et de travailler avec des chutes de bouteilles en plastique et des pièces mécaniques usées.


mercredi 18 mai 2011

TELECOMMUNICATIONS


Mieux vivre partout grâce aux TIC



Tel était le thème choisi par l'UIT-Union Internationale des Télécommunications pour la journée du 17 mai fêtée hier au Carlton Hotel Anosy en présence du ministre des Télécommunications, des Postes et des Nouvelles Technologies, Ny Hasina Andriamanjato. Ce thème est d'actualité quand on sait que même les thèmes capitaux tels que la vie politique et économique du pays sont maintenant régis par Internet et les médias. Souvenons-nous encore de ce qui s'est passé dans le pays depuis 2002. Tout a tout simplement basculé progressivement sur les réseaux téléphoniques mobiles et sur Internet : informations, communications officielles et officieuses et mêmes des informations jugées stratégiques ont trouvé leur place des les blogs qui pullulent sur le cyberespace malgache.
Mais s'il y a un autre secteur qui a explosé grâce aux télécoms, c'est celui des loisirs. Les malgaches ont adopté sans aucun difficulté sauf les limites technologiques des opérateurs, les achats ou échanges de fichiers numériques de films, clips et chansons et autres formes de loisirs tels que les sites de sports ou d'arts. Ce phénomène nous ramène à interpeller l'Etat sur les droits d'auteurs sur les produits numériques à Madagascar car ce domaine est encore le terrain de jeu des pirates en tous genres. Les opérateurs ont aussi leur rôle à jouer dans la régulation de ces achats et échanges de fichiers dont ils sont pour l'instant considérés comme les principaux promoteurs grâce à leurs installations.
Pour la petite histoire, c'est 1865 qu'a été signé la première convention télégraphique internationale avec la création de UIT et en 1973 qu'a été décidé que cette organisme va mettre tous les ans les avancées de ce secteur. Pour le gouvernement malgache, le ministre des télécoms et des TIC a insisté sur le fait que l'Etat va se concentrer sur les 85% des malgaches qui sont constitués de ruraux pour l'extension des réseaux télécoms et la vulgarisation des nouvelles technologies qui selon le ministre "sont les relais de croissance pour le monde rural". Un projet d'installation de cyberespace dénommé Vohikala est actuellement en cours de réalisation et dix communes seront les premiers bénéficiaires de ce projet dont celles d'Ankadinandriana et d'Ankazondandy.

lundi 16 mai 2011

ECOLOGIE


Nouvelle espèce de poisson découverte à Madagascar



Les recherches entreprises par les experts John Sparks et Robert Schelly du Muséum d'Histoire Naturelle Américain ont révélé une nouvelle espèce de poisson découverte au Nord de Madagascar. cette espèce appelée Paretroplus loisellei fait partie de la famille des cichlidés étroplines, membre de la clade Paretroplus Damii. C'est dans la région de Sambava dans la ville d'Antsirabe-Nord et dans toute la partie Nord-Est de Madagascar qu'on peut trouver cette espèce vivant dans les eaux douces de l'île. C'est un poisson endémique et en voie de disparition. Les biologiste Paul Loiselle réalise une étude documentaire en éduquant en même temps le public sur le risque très haut de voir disparaitre ce poisson endémique.

mercredi 11 mai 2011

COOPERATIONS


Développement de la TICA entre Turquie et Madagascar évoqué à Istanbul.



En marge de la rencontre PMA-International Convention and Trade Show à Istanbul de cette année, et suite à la visite du président de la Transition malgache Andry Rajoelina chez Abdullah Gül, le président turc, il a été entendu que les deux pays vont renforcer les coopérations qui les lient. A l'instar de la JICA entre le Japon et Madagascar, la Turquie a mis en place une agence de coopération nommée TICA Turkish International Corporation Agency qui va administrer tous les projets de coopérations entre les deux pays. «Je sais que Madagascar possède d'énormes potentialités qui requièrent beaucoup d'investissements. La venue d'investisseurs internationaux reste tributaire de la sécurité et de la stabilité politique et je sais que vous avez déjà pris des mesures drastiques pour que le monde palpe l'existence de cette sécurité et de cette stabilité politique à Madagascar. En tout cas, la Turquie a pleinement confiance en votre méthode de gouvernance pour que cette sécurité et cette stabilité soient pérennes, devait déclare le président turc lors de cette rencontre. Une centrale électrique de 300MW sera ainsi installée à Mahavola Majunga dans le cadre de cette entente ainsi qu'un autre projet pour la formation de cadres malgaches en Turquie. Notons que ce pays s'est déjà lié à Madagascar à travers son aide pour la compagnie aérienne Air Madagascar qui passe actuellement une période difficile.

L'ouverture de l'ambassade de Madagascar en Turquie a aussi été évoquée lors de cette visite de la délégation malgache chez le président de la République de Turquie, Abdullah Gül en présence de Ban Ki Moon, secrétaire général de l'ONU, Joseph Deiss, président de l'Assemblée Générale des Nations Unies et Sheik Hasina, Premier Ministre du Bengladesh.

vendredi 6 mai 2011

INDUSTRIE


Ouverture du SIMH aujourd'hui



Ce 06 mai 2011 ouvre la première édition du Salon International des Mines et Hydrocarbures de Madagascar. Ce premier salon se tient au Centre de Conférences International d'Ivato. Une quarantaine d'entreprises et une centaine d'institutions internationales se sont données rendez-vous pour ce salon. C'est une occasion rare pour les professionnels du secteur de faire des échanges directs entre eux pour facilité leurs transactions. L'Etat à travers le Ministère des Mines et des Hydrocarbures compte pouvoir contrôler les transactions minières pour minimiser la part des échanges informelles, d'où l'initiative de ce ministère d'organiser un tel salon. A part les 3000 visiteurs attendus, des investisseurs étrangers du Canada, Chine, Afrique du Sud, France, la Réunion et l'île Maurice ont exprimé leur intérêt pour ce salon. 12 petits exploitants miniers et professionnels, lapidaires et bijoutiers tiennent en outre des stands ouverts au grand public.

jeudi 5 mai 2011

INDUSTRIE


Le Port Franc d'Ehoala en 2012



Après le deuxième forum à la Chambre de Commerce et de l'Industrie d'Antananarivo organisé par le Port d'Ehoala, filiale de Rio Tinto QMM qui exploite l'extraction notamment d'ilménite dans la ville de Fort Dauphin dans la région d'Anosy, les dirigeants de ce port ont confiance sur l'approbation du schéma directeur du futur Port Franc avec son statut par l'Agence Portuaire Maritime et Fluviale (APMF) qui habilitée à délivrer l'aval de l'administration. Ce port s'étale sur environs 440ha et reçoit déjà jusqu'à 15.000 demandes d'emplois. Philippe Murcia, directeur général du Port d'Ehoala avance le chiffre de 2.500 emplois offerts par cette opportunité. Toute cette région pourrait profiter de l'ouverture de Ehoala Free Port ainsi que des sociétés intéressées par le statut futur : des sociétés de services et de transformation. Le Port d'Ehoala a déjà des demandes émanant de sociétés de transformation industrielle et d'énergie, un importateur de véhicules mais aussi d'une boulangerie dont l'ensemble pourrait avoir fortement besoin. Ces premières intentions attireront sûrement d'autres initiatives pour former un pôle de développement intéressant pour le pays : un port franc avec des sociétés de services et de transformation installées à proximité d'une grande exploitation minière. En outre, c'est par le même Port d'Ehoala que partiront les prochaines livraisons à l'exportation de litchi qui seront en avance de 3 semaines pour cette année avec une réduction considérable des coûts. Les exportateurs comptent ainsi effacer l'année noire du litchi en 2010. Madagascar pourra ainsi avec l'aide du grand Port de Tamatave, commencer à concurrencer l'île Maurice qui envoie ses litchis par avion.

Par ailleurs la région d'Anosy pourrait amorcer son développement avec un autre projet de réhabilitation de la RN3 vers Fort Dauphin et de la RN10 partant de Tuléar pour Ambovombe. On sait aussi que le pays pourrait commencer à attirer les navires utilisant les ports sud africains car ceux-ci présentent des cas réels d'engorgement. Le Durban Container Terminal compte actuellement près de 2 millions d'EVP (équivalent vingt pieds) traités et a déjà investi depuis 2005 à l'élargissement du nombre de ses quais de 4 à 11 actuellement. Richard's Bay connaît une stagnation de la productivité sur son terminal vraquier les trois dernières années alors que le fret a doublé sur la même période. Il leur faut privatiser ce port et étendre le terminal charbonnier. Cape Town souffre lui aussi d'un manque de surface et doit gerber les conteneurs pour économiser de la place. Le terminal à conteneurs de Eats London est passé de 90.000 à 300.000 EVP, ce qui présente un gros problème de manutention. La South Africa Ports Operations (SAPO) a pris des mesures pour remédier à ces problèmes croissants en effectuant des travaux d'élargissement du chenal d'accès et de dragage à Durban. Ce port s'est aussi équipé de nouveaux portiques Post Panamax.

Le seul problème pour Madagascar est le retard de livraison de l'extension du quai du Grand Port de Tamatave, financé par la Japan International Cooperation Agency). Le trafic devrait y atteindre les 420.000EVP en 2020 contre 120.150EVP en 2009.

N E W S

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA

Madagascar : hausse de production de 130% sur le marché de l'AGOA
La Douane américaine et la Direction de la Douane malgache ont affiné les textes règlementaires pour appuyer les entreprises malgaches agréées au système AGOA.

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe

Océan Indien : Air Corail jette l'éponge, Air Madagascar confirme, Air Seychelles performe
La concurrence des compagnies géantes du Golfe et d'Europe rebat la carte du secteur aérien sur l'Océan Indien. Les challengers doivent se relancer pour faire face

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert

London Golden Bean Award 2017 : l'or pour la Chocolaterie Robert
Depuis 1940, la Chocolaterie Robert a développé sur l'international ses activités, surfant sur la qualité du cacao de Madagascar.

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien

Distribution pétrolière : Rubis renforce la présence française sur l'Océan Indien
Avec Galana, leader du secteur à Madagascar, et SRPP, détenant le monopole à la Réunion, Rubis contrôle une capacité de 510.000m3 sur l'Océan Indien.

Titres et Archives