vendredi 29 novembre 2013

Le projet de Lemur Resources à Imaloto se confirme

Le site d'Imaloto affiche un potentiel de production de 135,7 millions de tonnes de charbon. Lemur Resources estime à 68% de chance de pouvoir produire du charbon sur le site d'Imaloto et ce taux sera appelé à être augmenté après les études environnementales.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Le site de charbon d'Imaloto
Le groupe sud africain Bushveld Minerals, maison mère de Lemur Resources, refonrce son projet d'extraction de charbon dans la mine de charbon d'Imaloto à Madagascar. Lemur Resources vient en effet de communiquer sa nouvelle orientation stratégique consistant à négocier une licence de production indépendante à Imaloto. Une fois cette négociation entamée, le sud africain engagera une évaluation environnementale sur le site. Lemur Resources est aussi actuellement à la recherche de partenaire stratégique pour l'exploitation de ce projet d'extraction. Bushveld Minerals a engagé un renflouement de 16,4 millions de dollars pour appuyer et sécuriser tous ses projets miniers en Afrique, y compris celui d'Imaloto qui fait partie des plus prometteurs en terme de potentiel pour la commercialisation. Le site d'Imaloto affiche un potentiel de production de 135,7 millions de tonnes de charbon. Lemur Resources estime à 68% de chance de pouvoir produire du charbon sur le site d'Imaloto et ce taux sera appelé à être augmenté après les études environnementales. Ces dernières comprendront une étude de délimitation de l'exploitation minière, l'implantation des unités de transformation et de production. L'objectif global pour la production est d'atteindre une exportation de plus de 1,5 millions de tonnes par an. Le budget initial engagé est de 12 millions de dollars, l'investissement engagé jusqu'ici est de 36 millions de dollars. La durée de vie du projet d'extraction de charbon à Imaloto est estimée à 19 ans.

mercredi 27 novembre 2013

Messagerie : un secteur très actif

Dossier de Liva Rakotondrasata

Le secteur malgache de la messagerie affiche un dynamisme intéressant et les entreprises opérant dans ce domaine attendent avec une certaine impatience la promulgation prochaine de la loi sur le commerce électronique. Cette loi attendue pour 2014 devrait en effet booster leurs activités. Les partenariats et les investissements pour se mettre aux normes se multiplient actuellement comme c’est le cas chez DHL Madagascar qui vient de doter son centre de tri d’un nouveau scanner dual-view à rayon X. DHL Madagascar, installée dans la Grande Ile depuis 1986 et dirigée par Mamy Rakotondrainibe, est le leader de son secteur (messagerie internationale) avec une part de marché de plus de 50%. La société emploie plus de 70 personnes et dispose d’un centre de tri appelé Gateway dans la zone aéroportuaire d’Ivato (Antananarivo). Elle y possède un entrepôt de 350 m2 et d’un vaste parking. Elle y représente aussi d’autres marques comme Euro Express et Danzas. Elle est donc bien placée pour tirer son épingle du jeu quand le e-commerce va donner une nouvelle dimension au secteur des livraisons express à Madagascar.
Mais  le numéro un du marché fait face à une concurrence plus rude surtout depuis l’arrivée de l’autre géant mondial, Fedex. La société américaine basée à Memphis est représentée à Madagascar par Interex, fruit d’un partenariat avec le groupe Rennel, représentant de la marque Fedex à l’île Maurice, et de la FTL, une société malgache spécialisée dans la gestion. Quant aux autres, à l’instar d’UPS, ils ne comptent pas non plus jouer les figurants et font preuve d’une certaine agressivité commerciale.

mardi 26 novembre 2013

Sherritt très dépendant de l'évolution du cours mondial du nickel

Le cours du nickel sur le London Metal Exchange (LME) a reculé à 13.205 dollars la tonne en juillet, le plus bas de 2013, après un niveau le plus haut de l'année 2013 à 18.700 dollars la tonne au mois de février. Cette baisse importante observée en 2013 est la conséquence de l'excédent mondial de stocks accumulé depuis deux ans.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Production mondiale de nickel en 2012
L'annonce faite par Sherritt International sur ses résultats à la fin octobre 2013 a laissé les investisseurs perplexes sur la perspective du secteur du nickel pour l'année prochaine. En effet, le groupe a communiqué officiellement un résultat net positif de 1,1 millions de dollars pour le troisième trimestre 2013 (Q3) contre un résultat négatif de 22,6 millions de dollars à la même période en 2012. Le chiffre d'affaires du groupe est passé également sur la même période de 342 millions de dollars en 2012 à 286 millions au Q3 de cette année. Sherritt devrait produire cette année 60.000 tonnes de nickel fini et 5.500 de cobalt, sur une dépense totale d'investissement de 248 millions de dollars.

mercredi 20 novembre 2013

Difficile pari de la qualité de l'industrie viticole malgache

La concurrence des vins sud-africains et chiliens sur le marché local affaiblit la filière qui prévoit encore des années avant de pouvoir exporter du vin de qualité. En attendant, au Grand Cru d’Antsirabe comme ailleurs, on s’efforce de tirer le meilleur héritage laissé par les missionnaires et les colons.

par Liva Rakotondrasata


A Madagascar, pratiquement tous les viticulteurs rêvent de cépages nobles. Mais le défi est de taille car il faut de longues années entre les plantations d’essai et les premières vendanges. Et la concurrence des vins sud-africains et chiliens sur le marché local affaiblit la filière qui prévoit encore des années avant de pouvoir exporter du vin de qualité. En attendant, au Grand Cru d’Antsirabe comme ailleurs, on s’efforce de tirer le meilleur héritage laissé par les missionnaires et les colons français.

mardi 19 novembre 2013

Zone de libre échange : La SADC patine

C’était en 2008 que la SADC a décidé la création d’une zone de libre-échange pour promouvoir le commerce sur un marché d’une valeur de 360 milliards de dollars et doté de plus de 150 millions de consommateurs potentiels.

par Liva Rakotondrasata

Considérée jusqu’au milieu des années 2000 comme l’organisation sous-régionale la plus en avance au sud du Sahara, la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) peine aujourd’hui à avancer. Pourtant, les échanges entre pays et entreprises de la sous-région progressent régulièrement et tout le monde s’accorde sur l’importance capitale que revêt, sur le plan économique, le défi de l’intégration régionale. Rappelons que c’était en 2008 que la SADC a décidé la création d’une zone de libre-échange pour promouvoir le commerce sur un marché d’une valeur de 360 milliards de dollars et doté de plus de 150 millions de consommateurs potentiels.

vendredi 15 novembre 2013

Madagascar mise sur 2014 pour le retour à l'AGOA

Certains observateurs soutiennent que si les élections présidentielles et législatives se déroulent sans incidents majeurs, le pays devrait pouvoir réintégrer le cercle des pays bénéficiaires de cette loi américaine à partir de l’année prochaine.

par Liva Rakotondrasata

Madagascar ne profite plus des opportunités offertes par l’AGOA depuis fin 2009, ce qui a eu un impact sensible sur la santé de son secteur industriel et la situation de l’emploi en général. Pour les Etats Unis, la Grande ile doit montrer un résultat  satisfaisant en matière de bonne gouvernance pour pouvoir espérer être de nouveau dans le jeu. Ce qui amène  certains observateurs à soutenir que si les élections présidentielles et législatives se déroulent sans incidents majeurs, le pays devrait pouvoir réintégrer le cercle des pays bénéficiaires de cette loi américaine à partir de l’année prochaine.

Assurances : une croissance tirée par les projets miniers

Le secteur des Assurances réalise aujourd’hui environ 113 milliards d’ariary de chiffre d’affaires avec une progression moyenne de 9% depuis 2010. Pour les compagnies d’assurance, la part du secteur minier dans leurs chiffres d’affaires va encore connaître une croissance forte, entre 20% et 30%  dans les années à venir. La manne viendra plutôt des firmes qui vont s’implanter que des entreprises déjà en activité.

par Liva Rakotondrasata

Immeuble Aro Ampefiloha, Antananarivo
Les quelques grands groupes miniers qui opèrent à Madagascar ont contribué sensiblement à la croissance du marché des assurances. Le secteur réalise aujourd’hui environ 113 milliards d’ariary de chiffre d’affaires avec une progression moyenne de 9% depuis 2010. La compagnie Aro demeure le leader du secteur avec plus de la moitié de part de marché. Mais les nouvelles venues, Allianz et Colina, sont loin de jouer aux figurants et pèsent déjà près de 15% du marché alors qu’elles ne sont là que depuis 2005.
Pour les compagnies d’assurance, la part du secteur minier dans leurs chiffres d’affaires va encore connaître une croissance forte, entre 20% et 30%  dans les années à venir. Mais la manne viendra plutôt des firmes qui vont s’implanter que des entreprises déjà en activité. Si les dernières projections se confirment, entre 3 et 5 nouveaux grands projets miniers devraient se réaliser prochainement pour un investissement global supérieur à 6 milliards de dollars.

Outre le secteur minier, les compagnies comptent sur l’assurance-vie, dont la retraite complémentaire,  pour assurer leur croissance à moyen terme. Cette branche représente aujourd’hui plus de 23 milliards d’ariary soit un peu plus de 20% du CA cumulé du secteur. D’ici à 5 ans, ce chiffre pourrait être multiplié par 3 selon un membre du CEAM (Comité des Entreprises d’Assurances à Madagascar).

mercredi 13 novembre 2013

Madagascar Oil : fin d'un long litige fiscal et perspectives

"Nous sommes heureux d'avoir conclu un accord avec les autorités fiscales malgaches. Cet accord permet de clore tous les litiges fiscaux sur les exercices qui ont fait l'objet d'audit fiscal. Ces questions réglées, nous pouvons nous concentrer sur un avenir plus stable et une visibilité accrue", conclut Andrew Morris en annonçant sa démission.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Andrew Morris, le président du Conseil d'administration de Madagascar, jubile, et pour cause, son groupe a trouvé un accord durable avec l'administration à Madagascar. Après une longue période de conflit avec le fisc à Madagascar, parsemée d'avertissements lancés entre les deux parties, le groupe a finalement arraché cette entente qui clôt les litiges de la période 2007-2008 et 2009-2011 qui auraient pu mettre Madagascar Oil dans l'obligation de payer jusqu'à 18 millions de dollars à l'Etat malgache, sinon plus si aucune résolution n'a été fixée dernièrement entre le groupe et le gouvernement. Et Andrew Morris de déclarer : "Nous sommes heureux d'avoir conclu un accord avec les autorités fiscales malgaches. Cet accord permet de clore tous les litiges fiscaux sur les exercices qui ont fait l'objet d'audit fiscal. Ces questions réglées, nous pouvons nous concentrer sur un avenir plus stable et une visibilité accrue."

Tourisme et connexion aérienne : Se méfier des projets « mafieux »

Le projet d'installation d'Island Air System n’aurait pour objectif que d’utiliser cette compagnie aérienne comme paravent pour un réseau international de trafic d’armes impliquant des lieutenants du célèbre trafiquant russe Viktor Bout, aujourd’hui en prison. Le gouvernement mauricien a posé son veto.

par Liva Rakotondrasata

Viktor Bout lors d'une de ses multiples arrestations
Les destinations des Îles Vanille cherchent actuellement les moyens de faire venir plus de touristes originaires des pays émergents. Une option qui attire aussi dans la région les « initiatives louches » à l’instar du projet Island Air System qui promettait de faire venir par vols charters des touristes russes. Rappelons à ce sujet que, Jean Max Rakotomamonjy, le ministre malgache du Tourisme, a annoncé avec beaucoup d’enthousiasme que des opérateurs mauriciens venus lui rendre visite ont mis au point un « plan » qui prévoit, entre autres, le lancement d’une offre combinée Maurice – Madagascar.

lundi 11 novembre 2013

Le groupe ICTSI cherche d'autres projets portuaires à l'international

Avec sa filiale MICTSL sur le grand port de l'est de Madagascar, ICTSI exploite ceux de Manille aux Philippines, du Brésil, de l'Argentine, de la Colombie, du Honduras, de la Pologne, de la Chine, de l'Equateur et du Pakistan. ICTSI cherche actuellement des relais de croissance en se mettant à l'affût de nouveaux projets portuaires privés ou privatisés.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Le terminal A du Port de Tamatave
International Contenair Terminal Services Inc. (ICTSI) est la maison mère de Madagascar International Contenair Terminal Services Limited (MICTSL), gestionnaire du Terminal A, un terminal à conteneurs du port de Toamasina depuis 2005. Ce port est géré par la Société du Port à gestion Autonome de Toamasina (SPAT). MICTSL a investi sur des grues portiques qui ont permis au port de Toamasina de passer de la 120è en 2011 à la 84è place en 2012 sur le rang établi par le Logistic Performance Index de la Banque Mondiale. 
Le volume manipulé à Toamasina a connu une croissance 28% en unités équivalent vingt pieds (EVP) entre 2011 et 2012, de 146.224 EVP à 131.580 EVP.

ICTSI cherche actuellement des relais de croissance en se mettant à l'affût de nouveaux projets portuaires privés ou privatisés. ICTSI se tourne surtout vers les pays émergents où les ports présentent des signaux de croissance. Les pays cibles sont ceux de l'Europe de l'Est, d'Afrique et d'Asie qui possèdent des villes portuaires à fort potentiel.

samedi 9 novembre 2013

Conversion à l'éthanol : 4 millions de malgaches seront concernés

A moyen terme, on peut s’attendre à ce que plus d’un million de ménages malgaches substituent leur principal combustible de cuisson actuel par l’éthanol. Ceci équivaudrait à plus de 4 millions de personnes au total, soit près de 15 % de la population de la Grande Île de 2030.

par Liva Rakotondrasata

Rendement de production d'éthanol à partir du blé
Une estimation initiale du marché potentiel malgache de l’éthanol pour la cuisson ménagère a été réalisée par la Banque Mondiale, avec un certain nombre de paramètres dont le prix courant prudent de 0,35 dollars par litre, la production basée sur la micro-distillerie ou encore l’analyse du pouvoir d’achat des ménages et la préférence des consommateurs. Elle montre qu’à moyen terme, l’on peut s’attendre à ce que plus d’un million de ménages malgaches substituent leur principal combustible de cuisson actuel par l’éthanol. Ceci équivaudrait à plus de 4 millions de personnes au total, soit près de 15% de la population de la Grande Île de 2030. 

Îles Vanille : road show dans l'hémisphère nord et résolutions au sein de l'OMT

Lors des World Routes à Las Vegas, une rencontre de présentation a eu lieu entre l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT/UNWTO) et les Îles Vanille. Cette rencontre a permis aux Îles Vanille d'informer au public l'adhésion des Îles Maldives dans ce groupement touristique de l'Océan Indien. En outre, des résolutions ont été prises concernant l'Océan Indien

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Le ministre malgache du Tourisme, Jean Max Rakotomamonjy (à dr.) représentait Madagascar à Las Vegas
La promotion de la destination Océan Indien bât son plein sur l'hémisphère nord. Les Îles Vanille poursuit en effet leur campagne commerciale dans plusieurs pays occidentaux. Dernièrement, les Comores, les îles Maldives, les Seychelles, Madagascar, Maurice, Mayotte, et la Réunion, associés dans les Îles Vanille, ont participé aux World Routes de Las Vegas, aux Etats-Unis. Ce forum américain regroupant des professionnels du tourisme et du voyage s'est déroulé dans cette ville des démesures du 5 au 8 octobre 2013. Madagascar était présent et bénéficiait d'une bonne visibilité auprès de plus de 3.000 professionnels du tourisme provenant de 125 pays.

Et le road show continuera à Londres du 4 au 7 novembre prochain. Cette fois, les Îles Vanille feront le déplacement pour le World Travel Market, un événement annuel où les professionnels du tourisme feront la promotion de leurs offres et leurs nouveaux produits.
Le World Travel Market est un événement BtoB par excellence où ces professionnels au nombre de 50.000, dont 53 % ne participeront pas à d'autres salons, d'où l'intérêt capital de Madagascar qui y sera représenté. Selon le site de l'Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), la délégation malgache sera formée par   Tropic Tours & TravelGo Travel Asisten TravelRamartour MadagascarMadagascar Tourism ExpeditionsOffice National du Tourisme de MadagascarMercure VoyagesIsland Continent ToursZa ToursTamàna Tour Operator. L'Organisation Mondiale du Tourisme (UN-World Tourism Organization) tiendra une conférence de presse le 6 novembre en marge de ce salon, pour lancer spécialement l'initiative des Îles Vanille et la destination Océan Indien.

vendredi 8 novembre 2013

Exxon Mobil obtient l'extension de ses licences d'exploration à Madagascar

Les élections auront finalement lieu cette année, Exxon Mobil a fait valoir l'option de renouvellement de ses licences. Les filiales d'Exxon Mobil retravaillent de nouveau sur ses trois sites offshore à Madagascar du coté du Canal de Mozambique.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

La compagnie américaine Exxon Mobil vient de se voir accorder l'extension de ses licences d'exploration de pétrole et de gaz sur trois sites à Madagascar. Le gouvernement de la Transition à Madagascar lui a renouvelé ces licences par une signature effectuée le 17 juillet 2013. Ces licences ont été suspendues en 2009 après qu'Exxon Mobil a avancé un cas de force majeur pour l'exécution des travaux qui y étaient stipulés à cause du coup d'Etat de 2009. Madagascar a accepté de suspendre les licences avec une option de reprise dans le cas d'une amélioration de la situation politique de la Grande Île. Puisque les élections auront lieu cette année, Exxon Mobil a fait de suite valoir cette option de renouvellement de licences. Les filiales d'Exxon Mobil travaillent sur trois sites offshore à Madagascar du coté du Canal de Mozambique : 
- Exxon Mobil Exploration and Production Madagascar Limited, filiale détenue à 100%, exploite le site de Cap Saint-André.
- Exxon Mobil Exploration and Production Madagascar Majunga Limited, filiale à 50%, exploite le site de Majunga avec BG International qui co-exploite à 30% et PVPE SK Innovation à 10%.
- Exxon Mobil Exploration and Production Northern Madagascar Limited, filiale à 70%, exploite le site d'Ampasindava avec Sterling Energy 30%.
Toutes les filiales d'Exxon Mobil à Madagascar redeviennent donc actives à partir du moment où les licences reprennent cours.

La "Silicon Valley tunisienne" veut s'exporter à Madagascar

L'administration du parc d'El Gazala a mis Madagascar dans ses priorités, pour faire suite à ses expériences réussies au Yemen et en Mauritanie, et après avoir consulté et analysé les demandes des entreprises qui y sont installées. La Grande Île bénéficie d'une main d'oeuvre qualifiée par rapport aux autres pays africains. Des groupes du secteur des nouvelles technologies, déjà présents à Madagascar, recommandent cette orientation.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

El Gazala Technopark, la "Silicon Valley tunisienne", est un parc tunisien dédié aux nouvelles technologies appuyé directement par le ministère tunisien des Technologies de l'Information et de la Communication. 
L'administration du parc d'El Gazala a mis Madagascar dans ses priorités, pour faire suite à ses expériences réussies au Yemen et en Mauritanie, et après avoir consulté et analysé les demandes des entreprises qui y sont installées. La Grande Île bénéficie d'une main d'oeuvre qualifiée par rapport aux autres pays africains. Des groupes du secteur des nouvelles technologies, déjà présents à Madagascar, recommandent cette orientation. Il faut noter que Madagascar ne compte qu'un seul parc d'entreprises, l'Explorer Business Park, à Ankorondrano, mais qui n'a encore la taille de celui d'El Gazala ni la prétention de l'orientation sectorielle spécifique comme les nouvelles technologies. Madagascar pourrait bénéficier de ce genre de partenariat pour acquérir et dupliquer les expertises obtenues dans ce projet.

Energizer Resources démarre son usine pilote de graphite en flocons

Des représentants de Caracle Creek International Consulting étaient présents pour valider la qualité du minerai extrait du gisement de Molo. Ils ont travaillé sur un échantillon représentatif pour l'usine, le graphite sera ensuite traité dans la future usine de transformation et qui répondra aux normes requises pour la prochaine étude de faisabilité financière.

par Tsirisoa Rakotondravoavy

Energizer Resources a démarré l'usine pilote pour son projet sur la mine de Molo, à Madagascar . La phase d'essai de la production du graphite dans l'usine pilote de ce projet a été achevée et deux opérations d'optimisation de 80 heures vont avoir lieu dans les 30 prochains jours. L'usine pilote a été conçue et est exploitée avec SGS-Canada. 200 tonnes de minerai de graphite composite ont été transportés le mois dernier du dépôt de Molo vers une structure provisoire en attendant la production sur l'usine pilote. Des représentants de Caracle Creek International Consulting étaient sur place pour valider la qualité du minerai extrait du gisement de Molo. Ils ont travaillé sur un échantillon représentatif pour l'usine, le graphite sera ensuite traité dans la future usine de transformation et qui répondra aux normes requises pour la prochaine étude de faisabilité financière (Bankable Feasibility Study - BFS). Energizer Resources s'attend à ce que l'usine pilote produise entre 7 à 9 tonnes de graphite concentré en flocons dans les 30 prochains jours. Suite à cette communication, le titre Energizer Resources a gagné 12% à 0,14 dollars canadiens sur la place boursière de Montréal le 17 octobre dernier.

N E W S

Seaweed Seychelles : fertilisant agricole à base d'algues marines

Seaweed Seychelles : fertilisant agricole à base d'algues marines
Seaweed Seychelles va débarrasser l'archipel de plusieurs tonnes de dépôts d'algues marines par an sur les plages

Mines d'or de Dabolava : agrément acquis par Prophecy Development Corporation

Mines d'or de Dabolava : agrément acquis par Prophecy Development Corporation
Le projet de Dabolava a attiré la compagnie canadienne Prophecy Development Corp. , dirigée par John Lee, pour ses mines d'or, de charbon et d'uranium

Madagascar : la Jirama fait face à la hausse des vols et des fraudes

Madagascar : la Jirama fait face à la hausse des vols et des fraudes
Vols de câble, branchements illicites, ... La Jirama, compagnie nationale d'électricité et d'eau à Madagascar, fait face à un phénomène qui alourdit son bilan

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center

Contrôle du secteur minier : Madagascar s'offre un Mining Business Center
Avec l'installation du Mining Business Center, Madagascar poursuit son effort d'industrialisation progressive du secteur minier.

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar

L'Etat malgache décaissera le fonds pour apurer la dette d'Air Madagascar
Vonintsalama Andriambololona, ministre malgache des Finances et du Budget, et Ralava Beboarimisa, celui des Transports et de la Météorologie, engageront pour l'Etat malgache le processus de désendettement d'Air Madagascar.

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto

Constance Hotels & Resorts signe un partenariat technologique avec Duetto
Constance Tsarabanjina à Madagascar fera partie des sept hôtels du groupe Constance Hotels & Resorts qui utiliseront les applications de Duetto.

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques

Remaniement gouvernemental : le Gabon face aux nouveaux défis économiques
Sous l'impulsion de Jean-Fidèle Otandault, nouveau ministre du Budget et des Comptes Publics, le Gabon s'attèle à la relance de son économie et à des réformes structurelles.

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation

Nosy-Be : Alpitour mise gros sur la gestion d'Andilana Beach après sa rénovation
La présence du groupe Alpitour dans la gestion d'Andilana Beach Resort, dirigé jusqu'ici par Andrea Aiolfi, transformera totalement l'hôtel et la destination Nosy-Be.

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique

Ces cabinets de lobbying qui essaiment en Afrique
Inconnus du public, ils sont les acteurs clés dans les relations publiques, le lobbying et les organisations d'événements institutionnels en Afrique.

Graphiques | Juin 2017

Graphiques | Juin 2017
Panorama sur le mois

Titres et Archives